Le Régime Méditerranéen : centre de la médecine anti-âge ?

0

Le régime méditerranéen appelé également régime crétois est une pratique alimentaire traditionnelle des pays situés autour de la mer méditerranée. Ce mode d’alimentation est caractérisé par (1) :

  • Abondance de produits céréaliers complets.
  • Abondance de fruits et de légumes.
  • Abondance d’ail, d’oignon, d’épices et d’aromates.
  • Utilisation de l’huile d’olive comme corps gras.
  • Consommation quotidienne de légumineuses, de noix et de graines.
  • Consommation quotidienne de yogourt et de fromage.
  • Consommation quotidienne, mais modérée, de vin rouge. (homme deux verres et femmes un verre)
  • Grande consommation de poisson (plusieurs fois par semaine).
  • Consommation limitée de poulet et d’œufs (quelques fois par semaine).
  • Consommation limitée d’aliments sucrés (quelques fois par semaine).
  • Consommation très limitée de viande rouge (quelques fois par mois).
  • Apport calorique quotidien raisonnable (de 1 800 à 2 500 calories par jour).

Même s’il n’existe pas de régime méditerranéen type, toutes les variantes présentent des similitudes avec une constante, l’utilisation abondante d’huile d’olive.

Dans les pays adepte du régime méditerranéen, la consommation de gras saturés est inférieure à celle du régime Nord-Américain moyen, tandis que celle des gras mono insaturés est supérieure. Cela explique pourquoi le taux de maladies cardiaques est plus bas dans cette partie du globe.

En effet, pour la protection cardiovasculaire, les régimes à haute teneur en gras mono insaturés (en provenance d’aliments comme les arachides, le beurre d’arachide et l’huile d’olive) sont plus bénéfiques que les régimes contenant peu de matières grasses. Les régimes riches en gras mono insaturés améliorent le cholestérol, les triglycérides et réduit les risques de maladies cardiaques pour les régimes faibles en gras.

Dans cet article je résume les bénéfices démontrés du régime méditerranéen sur la santé. Ces actions impliquent que ce type de régime doit être un élément central de la prévention des maladies et du vieillissement en bonne santé. Il est également très utile pour tous les patients porteurs de maladie chronique.

Les Bénéfices du régime méditerranéen sont nombreux

  • Perte de poids
  • Amélioration de la résistance à l’insuline associée à l’obésité abdominale
  • Augmentation de la fertilité chez les femmes et chez l’homme
  • Anti-inflammatoire naturel
  • Antalgique
  • Réduction du risque de maladie d’Alzheimer (La présence de la molécule Olecantale stimule la production de protéines qui attaquent la protéine bêta-amyloïde, qui est responsable de la production de plaques dans le cerveau)
  • Action anti-tumorale montrée pour : cancer du sein, cancer colorectal et cancer de la prostate.
  • Des effets favorables dans mes maladies inflammatoires digestives
  • Des Effets bénéfiques pour la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires et de l’athérosclérose
  • Ralentit la progression de la DMLA.

Ancel KEYS, physiologiste américain, a été le premier à suspecter un bénéfice de ce type de régime en essayant de comprendre la cause de morts subites chez des patients apparemment en bonne santé et dans la cinquantaine. Il a mis en place la « Seven countries study » et montré que les problèmes cardiovasculaires étaient fréquents aux USA et en Finlande, en Afrique du Sud et dans certains pays européens et bas dans des pays de type méditerranéen ainsi qu’au Japon et chez des populations natives d’Afrique du Sud. Après 5 ans de suivi, cette étude a montré une corrélation entre le risque de mortalité cardiovasculaire et la consommation de graisses saturés ainsi que le niveau du cholestérol.(2-11) Après 25 ans de suivi, les mêmes corrélations ont été mises en évidence et étendues à la consommation de flavonoïdes et l’intoxication tabagique.

La consommation d’éléments d’origine animale à l’exception du poisson a été corrélée de façon positive à la mortalité cardiovasculaire. (2-11) A l’inverse de la consommation à base de végétaux à l’exception des pommes de terre était associé à une moindre mortalité cardiovasculaire. Dans L’étude HALE, (2-11) issu du suivi de cette même cohorte, des sujets âgés de 70 à 90 ans ont été suivis pendant 10 ans. Leurs habitudes alimentaires ont été mesurées de façon très régulière.

La consommation élevée en pain, légumes, fruits, graisse insaturée, consommation modérée de poissons et faible en produits laitiers et en viandes a été considérée comme une alimentation typique de type méditerranéen. Une diététique de type méditerranéen est associée à un risque cardiovasculaire diminué de 29 %.

L’étude PREDIMED (12) a été réalisée chez des personnes de 55 à 80 ans sans antécédent cardiovasculaire (Prévention Primaire) mais considérés comme à risque, en raison d’un diabète de type 2 ou au moins la présence de trois facteurs de risque parmi les suivants : tabac, hypertension, élévation du LDL cholestérol, taux de HDL cholestérol bas, surpoids, histoire familiale de maladies coronariennes précoces. Les patients ont été randomisés en trois groupes : Un groupe qui devait adhérer à un régime de type méditerranéen avec ,en plus un apport d’huile d’olives d’environ 1 l/semaine ou 30 g/jour de fruits secs (noix, amandes, noisettes) et un groupe contrôle qui a bénéficié d’un conseil diététique standard. La réduction du risque cardiovasculaire a été de 30 % après 5 ans de suivi pour le régime méditerranéen chez ces patients sans antécédent mais à risque élevé. La fréquence de l’insuffisance cardiaque a également était réduite de façon significative. (13)

La “Lyon diet heart study (14) est un essai réalisé chez des patients de moins de 70 ans qui avaient survécu à un infarctus du myocarde (prévention secondaire). Ces patients ont été randomisés en deux groupes pour appliquer un régime de type méditerranéen ou n’avoir aucun conseil de type diététique. Après un suivi de 45 mois, on a observé dans le groupe sous régime méditerranéen une réduction significative de la mortalité de toutes causes et celle cardiovasculaire.

Les bénéfices sont également importants dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux. La consommation de poisson est associée à une diminution de 50 % du risque d’AVC mortel ou non. De plus des sujets âgés sous ce type de régime ont un volume cérébral supérieur à des sujets qui ne consommaient pas ce type d’alimentation. (2-11, 15, 16, 17)

Chez le sujet obèse, plusieurs études ont montré qu’un régime de type méditerranéen associé à une réduction des apports en hydrates de carbone était associé à une perte de poids et une amélioration du profil lipidique.
Chez le patient diabétique : un meilleur contrôle de l’équilibre glycémique a été montré dans plusieurs études et méta analyses. (15) L’adhérence à un régime de type méditerranéen diminue le risque de survenue d’un diabète de 16 à 23% et augmente la possibilité de disparition d’un syndrome métabolique de 49 %. Le régime de type méditerranéen permet aussi de réduire le risque de rétinopathie diabétique mais pas celui de maladie rénale liée au diabète (15, 16, 17)

Ce régime diminue la pression artérielle systolique de 4.60 mmHg et celle diastolique de 2.37 mmHg. (18) Ces baissent sont suffisantes pour diminuer le risque d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral.
Des analyses ont montré une réduction du risque de cancer du sein et du colon pour les patients qui consommait un régime méditerranéen avec l’adjonction d’huile d’olives (19, 20, 21) Le régime méditerranéen est aussi associé à la diminution du risque de mortalité de toute cause chez les patients souffrant d’un cancer colorectal, gastrique, prostatique, hépatique ou cérébral.
L’étude EPIC a montré que ce régime augmente l’espérance de vie des personnes âgées européennes (74 607 hommes et femmes de 60 ans ou de plus, indemnes de maladie coronarienne, congestion cérébrale ou cancer à l’inclusion). Les résultats les plus marqués ont été obtenus en Grèce et en Espagne, deux pays où le régime méditerranéen y est plus « authentique ». (22)

La quantité de fruits et légumes nécessaire pour obtenir une protection optimale est depuis longtemps établi autour de 5 par jour soit 400 grammes. Une méta-analyse récente suggère (sur une méta analyse) que le bénéfice maximal en termes de protection cardiovasculaire serait obtenu avec la consommation de 800 g de fruits et légumes (10 et non 5) et de 600 grammes pour le cancer. (23)

L’huile d’olive est un constituant essentiel du régime méditerranéen. Ses propriétés et celles des feuilles de l’olivier sont essentielles dans le bénéfice apporté. Un apport d’1 g/jour d’extrait de feuilles baisse la pression artérielle systolique de 11 mm et celle diastolique de 4 mm et une baisse du LDL cholestérol. Cet effet serait comparable avec celui obtenu avec du captopril. L’administration d’extraits de feuilles d’olivier diminue expérimentalement de 55 % le volume de tissu cérébral détruit après un accident vasculaire cérébral.

Des effets très prometteurs ont été observés dans le domaine du diabète. Chez l’animal diabétique, l’effet anti diabétique des extraits de feuilles d’olive a été supérieur à celui d’un médicament antidiabétique. Chez l’homme, l’administration de 500 mg d’extraits de feuilles d’olivier une fois par jour baisse le niveau de l’HBA1c. (24). Des bénéficies ont également été observés dans la goutte expérimentale, ou dans les ostéo arthrites chez l’animal

Les mécanismes des effets bénéfiques du régime méditerranéen

  • Une baisse du taux de LDL cholestérol
  • Une baisse de la pression artérielle
  • Une baisse du niveau d’inflammation tel qu’évalué par le dosage des interleukines, du TNF alpha et de la CRP ultrasensible (des marqueurs du sang de l’inflammation)
  • Une modulation de la résistance à l’insuline (qui favorise le diabète une amélioration de la glycémie (taux de sucre dans le sang)
  • L’apport de graisses poly-insaturés (parce qu’il y a une supplémentation en huile d’olives extra-vierge ou en fruits secs) et la faible quantité de graisses saturées constituent des éléments clés dans la prévention. Ces graisses polyinsaturées exercent des activités anti thrombotiques
  • Une amélioration de la fonction endothéliale et de l’utilisation d’oxygène par le myocarde
  • l’Oleuropeine (que l’on trouve en quantité très abondante dans les feuilles de l’olivier) inhibe la production et l’activité de molécules telles les métalloprotéinase, qui ont un effet destructeur sur la cellule
  • Les extraits de feuilles d’olivier ont un effet favorable sur la dysfonction endothéliale et ils augmentent la production d’oxyde nitrique, qui améliorera la pression artérielle et aura des effets bénéfiques sur l’athérosclérose.
  • l’Oleuropeine baisse la pression artérielle en agissant comme un inhibiteur des canaux calciques
  • Les polyphénols retrouvés dans les extraits de feuilles d’olivier ont des effets directs sur la formation des plaques d’athérome qui pourraient ainsi réduire le risque d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral

En pratique, le régime méditerranéen est un pilier de prévention et du traitement des maladies chroniques. La consommation de fruits et légumes diminue avec l’âge. Dans une étude portant sur 2131 observations chez des sujets de 2 à 23 ans il a été montré que de l’âge de 7 ans à 15 ans la consommation diminuait pour atteindre son minimum puis restait stable(25). Il faudra donc très tôt veiller à proposer ce type de régime.

Il comporte très classiquement et au minimum 5 fruits et légumes par jour ce qui correspondant à 400 grammes. Si la tolérance, en particulier digestive est bonne augmenter cette consommation à 800 grammes de fruits et légumes par jour pour la prévention cardiovasculaire et de 600 grammes pour la prévention du cancer pourrait être utile.

Il faudra utiliser de l’huile d’olive extra vierge car c’est celle qui est utilisée dans les études scientifiques dites d’intervention. Elle est non raffinée et la plus riche en polyphénol. Une huile d’olives extra vierge est toujours extraite à froid. Les termes, légères ou extra légères font uniquement références à la saveur et non à la qualité de l’huile ainsi qu’à sa couleur. Si l’huile d’olives a indéniablement de très grandes propriétés thérapeutiques, il ne faut pas oublier celles des feuilles de l’olivier. Dans les études sur le régime méditerranéen, il n’est pas possible de dissocier l’effet global de celui induit par la présence de l’Oleuropéine contenu dans l’huile d’olive, mais aussi dans les feuilles de l’olivier en plus grandes quantités.

Ce régime associé à une activité physique régulière et un mode de vie qui vise à améliorer l’humeur sous la forme d’une pensée optimiste et d’une pratique individuelle de l’art thérapie constitue les bases de la prévention du vieillissement du cerveau et du corps.

Références :
  1. Pospisil Edita. Le régime méditerranéen. Les éditions Vigot, France, 2000
  2. Hertog MGL, Feskens EJM, Hollman PCH, Katan MB, Kromhout D. Dietary antioxidant flavonoids and risk of coronary heart disease. The Zutphen Elderly Study. Lancet 1993; 342; 1007-1012.
  3. Kromhout D, Bosschieter EB, De Lezenne Coulander C. The inverse relation between fish consumption and 20 year mortality from coronary heart disease. N Engl J Med 1985; 312:1205 1209.
  4. Hertog MGL, Kromhout D, Aravanis C, Blackburn H, Buzina R, Fidanza F, Giampaoli S, Jansen A, Menotti A, Nedeljkovic S, Pekkarinen M, Simic BS, Toshima H, Feskens EJM, Hollman PCH, Katan MB. Flavonoid intake and long-term risk of coronary heart disease and cancer in the Seven Countries Study. Arch Intern Med 1995; 155:381-386.
  5. Blackburn H, Keys A, Simonson E, Rautaharju P, Punsar S. The electrocardiogram in population studies – a classification system. Circulation 1960; 21:1160-1175. Impact
  6. Keys A, Karvonen MJ, Kimura N, Fidanza F, Taylor HL. Indexes of relative weight and obesity. J Chron Dis 1972; 25:329-343.
  7. Keys A, Menotti A, Karvonen MJ, Aravanis C, Blackburn H, Buzina R, Djordjevic BS, Dontas AS, Fidanza F, Keys MH, Kromhout D, Nedeljkovic S, Punsar S, Seccareccia F, Toshima H. The diet and 15 year death rate in the Seven Countries Study. Am J Epidemiol 1986; 124:903 915.
  8. Keli SO, Hertog GL, Feskens EJM, Kromhout D. Dietary flavonoids, antioxidant vitamins and incidence of stroke. The Zutphen Study. Arch Intern Med 1996; 156:637-642.
  9. Knoops KTB, Groot LCPGM de, Kromhout D, Perrin AE, Moreiras-Varela O, Menotti A, Staveren WA van. Mediterranean diet, lifestyle factors and 10-year mortality in elderly European men and women. The HALE project. JAMA 2004; 292:1433-1439.
  10. Verschuren WMM, Jacobs DR, Bloemberg BPM, Kromhout D, Menotti A, Aravanis C, Blackburn HW, Buzina R, Dontas AS, Fidanza F, Karvonen MJ, Nedeljkovic S, Nissinen A, Toshima H. Serum total cholesterol and long-term coronary heart disease mortality in different cultures. Twenty-five year follow-up of the Seven Countries Study. JAMA 1995; 274:131-136.
  11. Hoogen PC van den, Feskens EJ, et al, for the Seven Countries Study Research Group. The relation between blood pressure and mortality due to coronary heart disease among men in different parts of the world. N Engl J Med; 2000; 342; 1-8.
  12. Ramón Estruch, Emilio Ros, M.D., Jordi Salas-Salvadó, et al, for the PREDIMED Study Investigators. Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet N. Engl J Med. April 4, 2013; 368; 1279-1290.
  13. Papadaki A, et al. Mediterranean diet and risk of heart failure: results from the PREDIMED randomized controlled trial. Eur J Heart Fail. 2017; 30. Epub Jan 30
  14. Michel de Lorgeril, Patricia Salen, Jean-Louis Martin, Isabelle et al, Mediterranean Diet, Traditional Risk Factors, and the Rate of Cardiovascular Complications after Myocardial Infarction Final Report of the Lyon Diet Heart Study. Circulation. 1999; 99:779-785.)
  15. Andres Dıaz-Lopez, Nancy Babio, Miguel A. et al, ´ and the PREDIMED Study Investigators. Mediterranean Diet, Retinopathy, Nephropathy, and Microvascular Diabetes Complications: A Post Hoc Analysis of a Randomized Trial. Diabetes Care 2015; 38:2134–2141
  16. Marissa Garcia, Jessica D. Bihuniak, Julia Shook, Anne Kenny, Jane Kerstetter and Tania B. Huedo-Medina. The Effect of the Traditional Mediterranean-Style Diet on Metabolic Risk Factors: A Meta-Analysis. Nutrients 2016, 8, 168.
  17. Ndanuko RN1, Tapsell LC2, Charlton KE2, et al. Dietary Patterns and Blood Pressure in Adults: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials Adv Nutr. 2016 Jan 15; 7: 76-89.
  18. Rosato V, Guercio V1, Bosetti C3et al. Mediterranean diet and colorectal cancer risk: a pooled analysis of three Italian case-control studies. Br J Cancer. 2016; 115: 862-5.
  19. Schwingshackle L, et al, adherence to Mediterranean diet and risk of cancer: an updated systematic review and meta-analysis of observational studies. Cancer Med. 2015.
  20. Helmut Schröder, Josep Basora, José Vicente Sorlí, et al,. Mediterranean Diet and Invasive Breast Cancer Risk Among Women at High Cardiovascular Risk in the PREDIMED Trial. A Randomized Clinical Trial JAMA Intern Med. 2015; 175(11):1752-1760.
  21. Martinez-Gonzalez MA, Martin-Calvo N. Mediterranean diet and life expectancy; beyond olive oil, fruits, and vegetables. Curr Opin Clin Nutr Metab Care; 2016; 14:157
  22. Campmans-Kuijpers M. J., Sluijs I., Nothlings U., et al. The association of substituting carbohydrates with total fat and different types of fatty acids with mortality and weight change among diabetes patients. Clin Nutr; 2016; 35; 1096-102
  23. Giovannucci E, Boffetta O, fadnes LT et al. Fruit and vegetable intake and the risk of cardiovascular and all-cause mortality-a systematic review and dose response meta-analysis of prospective studies. Int J Epidemiol. 2017, 1-28
  24. Julian Everson. Unexpected Benefits of Olive Leaf Extract. 2013,6 :1-14.
  25. Albani V, Butler LT, Traill WB, Kennedy OB. Fruit and vegetable intake: change with age across childhood and adolescence. Br J Nutr. 2017 ; 3:1-7.

7.0 Awesome
  • Note comité de lecture 7
  • Notes Utilisateur (0 Votes) 0
Partager

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire