Comment lutter contre le relâchement cutané?

1

Le relâchement cutané est l’un des principaux signes du vieillissement de la peau, touchant autant les hommes que les femmes à partir d’un certain âge. Fruit de plusieurs mécanismes internes comme le stress oxydatif et externes tels que le tabagisme, l’exposition aux UV ou l’alcool, il est impossible d’y échapper et difficile de le traiter. Pourtant, des produits cosmétiques et des dispositifs médicaux sont continuellement développés pour ralentir ce phénomène, en diminuer les impacts, voir redonner sa fermeté d’antan à notre peau.

 Comprendre le relâchement cutané pour mieux agir

Pour qu’un traitement soit efficace, il est primordial de comprendre les mécanismes d’action sous-jacents au phénomène de relâchement cutané. Pour cela, il faut s’intéresser de plus près à une protéine extrêmement importante dans le corps humain, le collagène.

Le collagène, source du relâchement cutané

Le collagène est une protéine fibrillaire de structure, majoritaire et ubiquitaire (se retrouvant dans tous les organes) chez tous les mammifères. Il assure un rôle de soutien pour les organes tels que les poumons, les os, ou la peau et leur permet de résister aux chocs, à la déformation, et au déchirement. Le collagène est composé de 3 fibres de protocollagène lui donnant sa résistance, à l’image d’une corde. Présent au sein de la matrice extracellulaire, il subit un renouvellement permanent entre les métallo-protéases qui le détruisent quand il est trop vieux et les fibroblastes qui le resynthétisent pour le remplacer. Ainsi, notre peau est composée d’un collagène jeune et fonctionnel pouvant assurer de manière optimale son rôle de soutien dans la peau.

Avec le temps, on observe une dégradation du collagène. Une étude [1] comparant le collagène présent dans la peau d’une femme de 28 ans avec celui d’une femme de 83 ans met en évidence une dégradation en terme de quantité, le collagène est largement moins dense chez une peau mature que chez une peau jeune, mais également au niveau de la qualité, le collagène est replié, désorganisé, lui donnant une forme tortueuse et dysfonctionnelle (photo 1 et 2).

Fibres de collagène chez une femme de 28 ans

photo 1 : Fibres de collagène disposées de façon régulière chez une femme de 28 ans

Fibres de collagène chez une femme de 83 ans

photo 2 : Fibres de collagène désorganisées chez une femme de 83 ans

Ce contenu est réservé aux membres de l'AFME. Pour voir l'article en entier, connectez-vous >
 

7.0 Notez cet article !
  • Note du comité de lecture 7
  • Notes Utilisateur (5 Votes) 6.5
Partager

À propos de l’auteur

Philippe Blanchemaison

Un commentaire

  1. Merci de me donner un peu plus de renseignements sur les fils tenseur pour la silhouette ((( les bras ,les jambes

Laisser un commentaire