Une clef pour la longévité ? Comprendre la télomérase

0

INTRODUCTION

Découverte en 1985 par E. Blackburn et C. Grider (nobélisés en 2009), la télomérase est une enzyme qui permet de conserver nos chromosomes intacts et de retarder ainsi le moment où no cellules entrent en phase de sénescence cellulaire. Alors… la télomérase serait-elle une clef pour la vie éternelle ?

LES TÉLOMÈRES ET LEUR USURE AVEC L’ÂGE

E. Blackburn les a comparés à l’embout de plastique qui termine nos lacets et évite qu’ils ne s’effilochent. Les télomères protègent donc les extrémités de nos fameuses hélices d’ADN, au cœur de nos cellules, là où notre patrimoine génétique est inscrit. Ils existent chez toutes les cellules eucaryotes.

Lors de chaque division cellulaire, notre système de réplication est incapable de finaliser correctement la reproduction des extrémités des chromosomes. Des erreurs surviennent à chaque division cellulaire.

A chaque réplication 50 à 200 nucléotides sont perdus. Ces erreurs qui s’accumulent avec le temps sont par ailleurs une des grandes théories du vieillissement. Ainsi, les télomères protecteurs s’usent également et, au cours de notre vie, on peut constater un raccourcissement progressif des télomères dans nos noyaux cellulaires.

Lorsqu’il n’y a plus de protection par les télomères, ce sont les chromosomes eux-mêmes qui se détériorent lors des divisions cellulaires. La cellule entre en sénescence puis meurt (ou peut dégénérer et devenir maligne). Dans le même temps, nos tissus, faits de cellules, vieillissent et les organes fonctionnent moins bien.

Ceci explique probablement que la plupart des cellules humaines meurent en moyenne après 50 à 70 divisions. Cette limite est connue depuis des décennies sous le nom de « limite de Hayflick ».

Aujourd’hui, la longueur des télomères est considérée comme une horloge biologique, liée à l’espérance de vie. Les études ont montré que l’âge biologique de la cellule peut être déterminé en mesurant la perte de l’ADN télomérique. Pour les scientifiques, c’est un marqueur du vieillissement (ou de l’âge biologique).

Ces dernières années, sont apparus des laboratoires qui proposent au grand public de mesurer leurs télomères.

Ce contenu est réservé aux membres de l'AFME. Pour voir l'article en entier, connectez-vous >
 

7.6
  • Note du comité de lecture 7.6
  • Notes Utilisateur (4 Votes) 7.3
Partager

À propos de l’auteur

Jean-Luc MOREL

Le Dr Jean-Luc MOREL est président de l’AFME. Il exerce les actes à visée esthétique depuis 1985 et la Médecine Anti-âge depuis 1995. Il a enseigné ces disciplines pendant plus de 20 ans et a été Directeur d’enseignement à l’Université.

Laisser un commentaire