Association Française de Médecine Esthétique et anti-âge

Complications des fils crantés, quelle solution ? Enlever le fil

17

Toutes les techniques ont leur lot de complications et les fils de suspension crantés ne sauraient faire exception. Cet article décrit les complications les plus fréquentes, tente d’en préciser l’origine, propose au praticien de n’avoir pas d’hésitation à pratiquer l’exérèse du fil incriminé et donne quelques conseils pour qu’il y parvienne facilement.

INTRODUCTION

Bien qu’elles soient en général sans gravité et facilement curables, ces complications inquiètent les patients qui sont saturés d’avis calamiteux, trop souvent confraternels, et se sentent complètement abandonnés. Il s’agit bien ici de dédramatiser, d’informer clairement et de proposer positivement.

Il faut aussi comprendre que la solution à ces complications doit rester médicale et que les grandes cicatrices d’investigation chirurgicale pour retrouver et enlever des fils crantés que le médecin implanteur peut retrouver avec un trou d’aiguille sont un mal évitable car nullement nécessaire.

BREF RAPPEL PRATIQUE : LES TYPES DE FILS ET DE POSE.

Il y a deux types de fils et trois types d’implantation (réf. 4-5-8): Fils résorbables ou fils permanents :

1 – Les fils sont faits de mélanges variables d’acide lactique et glycolique mais aussi de polydioxanone. Leur durée de vie est de 60 à 120 jours pour les premiers et ne dépasse pas 200 jours pour le dernier (réf 8 QUILL, knotless, tissue-closure devices -).

Ils ont donc une action de court terme, sans réel effet de suspension et plus proche de la biostimulation. Leur résorption, par hydrolyse, provoque une hydratation en périphérie du fil qui va bénéficier aux tissus environnants et provoquer un léger gonflement, sous réserve qu’ils soient en nombre suffisant. C’est le principe des fils coréens MIRAKU®, dont l’efficacité dépasse de loin en effet et en durée la mésothérapie à l’acide hyaluronique peu réticulé.
De récents fils à cônes, totalement résorbables ont une prétention à la suspension ainsi qu’à une durée de résultat considérablement surévaluée à notre avis.

Ils sont onéreux et doivent être renouvelés souvent. Ils peuvent irriter fortement le derme lorsqu’ils sont trop superficiels car ils sont beaucoup moins neutres que les fils permanents, et par l’inflammation due à leur résorption, ils exposent plus à l’infection que ces derniers. Les fils américains Silhouette Lift®, dont l’élément actif est un cône résorbable, sont aussi à mettre dans cette catégorie.

2 – Les fils permanents sont majoritairement faits de polypropylène (large gamme des fils russes APTOS® et fil UPACTIV®), à l’exception d’un fil en polyester gainé de silicone (fil SPRINGTHREAD®). Les deux derniers étant des fils français.

Pour tous ces fils qui sont très neutres et parfaitement biocompatibles, ce n’est pas la nature chimique du fil mais bien la forme des crans, plus ou moins agressive, qui est responsable des irritations cutanées.

Ils sont aussi d’autant plus sujets à migration qu’ils sont courts. La plupart des fils en extrusion sont des fils courts anciens (Aptos ou copies), posés il y a 5 à 10 ans en grande quantité en raison de la grande facilité de ce type d’implantation.

Les nouveaux fils permanents sont de grande qualité et les meilleures implantations, beaucoup plus rigoureuses, sont peu susceptibles de permettre une migration.

Techniques d’implantation :

On en décrit trois types, pour simplifier (sch. 1, 2, 3).

Techniques d'implantation

  1. La pose fixée. Un nœud profond (aponévrose temporale) retient les fils à crans monodirectionnels qui portent les tissus.
  2. La pose libre. Avec les fils à crans bidirectionnels, les crans opposés suffisent à maintenir les tissus élevés. Tous les fils résorbables sont ainsi posés, à l’exception des fils à cônes SILHOUETTE LIFT® qui sont fixés.
  3. Les poses complexes. Elles sont en général libres et connectent différents fils, dont des fils lisses. Leur but est d’améliorer la puissance de la technique et la durée des résultats, notamment grâce à des remises en tension ultérieures possible avec la technique EASYLIFT® (réf. 1-5). Leur résultat peut couvrir bien plus de 6 ans, remise en tension comprise mais elles n’utilisent jamais les fils résorbables dont la durée est négligeable.

LES DIFFERENTES COMPLICATIONS ET LEURS SOLUTIONS

Hormis les infections dont le traitement doit être immédiat, les phénomènes anormaux ne seront considérés comme des complications qu’après une persistance à 2 mois.

La SOMEREFs a fait une étude multicentrique (réf. 2) sur l’innocuité et l’efficacité des fils de suspension crantés permanents français, portant sur 110 patients implantés en 2009.

Ses résultats confirment les publications internationales (réf. 3-11) qui évoquent une sinistralité rare et faible, sans aucun cas de complication définitive à déplorer. (cette étude ne couvre pas les complications et l’efficacité des fils américains à cônes non résorbables, qui sont à la fois résorbables et permanents,… et cumulent les désavantages de ces deux états).

Cette faible sinistralité est exactement ce que l’on attend d’une solution médicale légère et pratiquement sans risque, qui se compare à une solution chirurgicale plus lourde ne donnant pas toujours des résultats à hauteur de ses risques et qui provoque un véritable délabrement vasculaire cutané que l’on préfère dorénavant éviter.

Il est nécessaire d’ajouter que les techniques de fils ont beaucoup et lentement progressé pour devenir pour certaines fiables et efficaces, et que les insuffisances des anciennes ou des mauvaises ne sauraient faire condamner les nouvelles. Le progrès avance à pas mesurés et doit s’apprécier avec discernement.

1 – Douleurs ou dysesthésies persistantes

Elles se trouvent chez 4% des patients implantés (réf. 2), et sont très corrélées à l’agressivité des crans des fils. Les zones temporales sont les plus touchées en raison d’une irritation du rameau temporal du VII durant la durée d’intégration tissulaire des implants (de quelques mois à un an). On répète que ce même rameau ne peut pas être lésé à l’implantation par les aiguilles actuelles dont l’extrémité est mousse et que seul un scalpel peut avoir cet effet néfaste (réf. 2-6). On ne doit pas souffrir de ses fils et cette situation impose une solution. La possibilité de l’exérèse étant un des avantages de cette technique, il faut savoir la pratiquer.

Le traitement suggéré est progressif, en trois niveaux :

  1. Commencer par des antalgiques et anti-inflammatoires simples.
  2. Pratiquer sous anesthésie locale un décollement limité à la zone douloureuse, si nécessaire.
  3. Evacuer le fil par simple crochetage, en dernier ressort (photo 8). Le simple crochetage n’est pas adapté aux fils à cônes non résorbables, qui nécessitent un abord chirurgical pour enlever le montage temporal plaque-fil.

2-Infection sur matériel implanté

Inclusion de cheveux tirés par les crans

Photo 1

Inclusion de cheveux tirés par les crans

Photo 2

 

 

 

 

 

 

 

Le geste d’implantation expose exactement au même risque infectieux, que le fil soit permanent ou résorbable. Mais ensuite, la résorbabilité du fil ne protège nullement de l’infection, bien au contraire, car le processus inflammatoire que provoque la résorption fait plus facilement le lit de cette infection.
Pour les fils permanents, l’infection n’émaille les suites que dans moins de 1% des cas (réf. 2). La raison la plus fréquente en est l’inclusion de cheveux tirés par les crans (photos 1 et 2).

L’apparition après un délai très variable d’un bourrelet inflammatoire sur le trajet d’un fil doit faire évoquer cette infection et agir rapidement.

Dans ce cas, l’infection est contemporaine de l’implantation. Lorsqu’elle arrive plus tard, elle peut être due à un germe peu agressif et le diagnostic est plus difficile. Beaucoup plus tard, elle ne sera que secondaire à l’extrusion du fil et il ne s’agira alors que d’une infection par contact externe. Cf. chapitre suivant.

La seule solution est l’exérèse du fil, très facile en l’occurrence puisque ce dernier n’est pas fixé en raison de l’infection. Il serait illusoire de ne traiter que par antibiothérapie, mais ce traitement reste nécessaire après l’exérèse, en attendant de remplacer ce fil évacué.

Certains aspects inflammatoires peuvent évoquer une infection, mais dans ce cas c’est l’évolution régressive des symptômes qui rétablira le diagnostic.

3 – Extrusion spontanée d’un fil.

Impressionnante pour les patients, cette sortie de fils spontanée par la peau, le scalp ou la muqueuse buccale (photo 3), voire conjonctivale, est classique avec les fils courts Aptos, assez agressifs et mobiles, très implantés il y a quelques années mais relativement peu utilisés aujourd’hui (réf. 10).

Elle ne présente pourtant pas de réelle gravité et se traite facilement. Sans traitement par exérèse, les fils s’infectent localement, ne serait-ce que parce que le patient ne cesse de les toucher.

Toutes sortes de germes peuvent alors s’y trouver. On peut aussi voir en zone péri-orbitaire des oedèmes récurrents dus à leur présence.

En général, cette extrusion termine une migration du fil vers la surface qui peut parfois prendre des années. Il se formera alors un nodule inflammatoire permanent susceptible de s’infecter en regard de la partie exposée du fil.

Cette inflammation locale peut parfois prendre un aspect très évocateur de botriomycome (granulome pyogénique). Sous ce bourgeonnement qui ne parvient jamais à maturité, on trouve le fil en voie d’exposition.

Cette irritation le plus souvent située en zone temporale est cependant rare et concerne le centre du fil (photo 4). La solution consiste dans les deux cas en l’exérèse des fils à crans trop irritants en superficie. Il serait naïf d’imaginer que le fil puisse se ré-enfouir spontanément.

Dans le cas où le fil est mobile, il s’évacue par simple traction lente du segment visible avec massage du trajet rendu perceptible par la traction, mais dans le cas du botriomycome, l’exérèse sera plus prudente puisque l’attache des extrémités du fil est encore très bonne.

L’exérèse est suivie d’une restitutio ad integrum des tissus. Ce qui n’est plus le cas lorsqu’une chirurgie d’investigation est faite pour la même raison. Il faut donc rester médical.

-Extrusion spontanée d’un fil.

Photo 3 —- Photo 4

4-Visibilité du fil implanté.

On la trouve chez 4% des patients implantés en fil permanent (réf. 2), et elle est due soit à un excès de superficialité du fil, soit à un excès de traction sur ce fil.

Il s’agit le plus souvent d’une erreur technique par manque d’expérience, facile à réparer.

La solution diffère dans les deux cas :
Le fil trop superficiel (photo 5) marque définitivement en creux la surface cutanée. Il faut donc l’enlever.

Le fil trop tracté (photo 6) peut rester en place, mais il faut relâcher légèrement les crans par un massage prudent, soit combler temporairement la marque en creux par une injection d’acide hyaluronique en attendant un relâchement spontané qui va prendre quelques semaines.

Cette situation de surtraction est classique et volontaire dans les tractions très asymétriques pour rééquilibrer certains visages type paralysie faciale. Dès lors il ne s’agit plus d’une complication.

Un cas particulier provient des implantations de récents fils américains résorbables à cônes dont le point d’entrée se trouve situé au milieu de la pommette. Cette implantation peu pertinente proposée pour ces fils résorbables mène tout droit à l’obtention de superbes fossettes en pleine figure qui ne pourront disparaître qu’en coupant le fil ou en l’extrayant, ce qui est doublement traumatisant pour une zone aussi visible du visage (cicatrice punctiforme potentielle). Ajoutons à cela que leur faible effet ne durant que quelques mois, on conviendra qu’il vaut mieux cesser de jouer ainsi avec des fils à un endroit aussi exposé à la lumière. En effet, l’expérience montre, et elle vaut pour tous les fils, qu’il faut toujours positionner les points d’entrée des fils dans des zones discrètes (bordure de scalp), car ils sont toujours susceptibles de former des fossettes persistantes, même par la main de praticiens chevronnés.

Visibilité du fil implanté.

Photo 5 — Photo 6

5 – Complications d’ordre psychologique.

Pas si rares, ce sont en fait celles qui prennent le plus de temps à régler. Elles laissent surtout supposer que le patient n’a pas été parfaitement perçu par le praticien avant l’intervention, dans son équilibre psychique, ses réelles attentes, sa compréhension du mécanisme de la technique, sa capacité à assumer des suites parfois surprenantes et à s’adapter à une nouvelle image qui peut être temporairement dérangeante, ainsi qu’à celle de résister aux critiques d’un entourage qui peut être faussement bienveillant.

Dans ce cas, il faut redoubler d’efforts durant les suites, particulièrement lorsque le patient s’inquiète immédiatement de son changement d’aspect qu’il a pourtant ardemment désiré. Il faut savoir proposer facilement l’ablation d’un fil ou de l’ensemble des fils si le patient en souffre apparemment trop. Il se trouve que rares sont les patients qui demandent cette solution, car ils sont souvent d’une grande ambiguïté entre ce qu’ils apprécient et ce qui les gène. Les rendre partie prenante de cette réflexion, en faisant valoir que la disparition de la gêne et du résultat ne dépend que de leur décision, calme souvent la situation. Il est essentiel d’avoir fait de bons clichés pré-opératoires pour lever tout doute sur la réalité du résultat. C’est le meilleur argument pour faire garder les fils.

6 – Complications diverses et exceptionnelles.

Contrairement à ce racontent leurs détracteurs, les fils de suspension crantés ne peuvent pas provoquer de dégâts irréversibles. La paralysie faciale ne fait pas partie des complications de la pose de fils crantés, qu’ils soient permanents ou résorbables, mais bien de celles de la seule chirurgie. Raconter que le fil s’est enroulé autour du nerf facial et que le chirurgien en voulant l’enlever a sectionné le nerf est une pauvre fable destinée aux faibles d’esprit. Il suffit d’avoir une seule fois implanté un fil pour en avoir l’absolue certitude.
Un cas unique de coupure du canal de Sténon, il y a quelques années, est présenté par certains comme un phénomène habituel. Il n’en est rien, fort heureusement. En général, un traumatisme réel, plutôt vasculaire donc réparable, est obtenu par l’action trop profonde d’une aiguille trop agressive. C’est une erreur technique qui n’est pas réservée aux médecins.

Actuellement, les aiguilles des meilleurs fils de dernière génération sont à bout mousse et les médecins, bien formés, sont très conscients de l’importance de la faible profondeur de l’implantation (hypoderme superficiel).
Ils savent aussi qu’un fil implanté trop profondément peut certes présenter un danger lors de l’implantation, …mais qu’il est surtout inopérant.

COMMENT ENLEVER UN FIL CRANTE : TECHNIQUE D’EXERESE

Ceci ne concerne que les fils russes et français, et non les fils américains à cônes pour lesquels l’ablation des plaques et fils à nœuds en polypropylène devenus inutiles et irritants nécessite, tout comme pour l’implantation, un abord chirurgical (photo 9).

Instruments nécessaires pour enlever un fil : Deux crochets de Muller et deux pinces fines sans mors, ainsi qu’une aiguille Nokor. Tout simplement (photo 7). Réflexion sur la stratégie de l’éxérèse : Elle s’impose lorsque le fil est peu visible et connecté à d’autres. L’idéal est de bénéficier du schéma de pose qui est consigné dans le dossier des patients implantés par des praticiens de la SOMEREFs. Hélas, il est plus fréquent d’avoir à extraire des fils anciens et anonymes, posés sans méthode ni rigueur.

Instruments nécessaires   En pratique

En pratique : repérer le fil à enlever en mobilisant les tissus environnants, anesthésier localement, percer avec l’aiguille Nokor® sur le trajet repéré, introduire le crochet de Muller en le faisant « tâtonner » pour sentir la tension du fil obtenue en tendant les tissus. Dès qu’il est perçu en faible profondeur, crocheter le fil pour en amener un segment en superficie. Le saisir avec la fine pince sans mors pour obtenir une légère tension, puis masser patiemment à double sens pour libérer les crans de la fibrose (photo 8).

Dès que les premiers crans sont libérés, une tension modérée sur la pince en continuant le massage suffira à libérer tout le fil. Photographier la pièce d’exérèse et les points d’entrée nécessaires à l’extraction.
La hâte et l’impatience sont les plus sûrs moyens de casser le fil et de compliquer l’exérèse.

Pièces d'exérèse Pièces d’exérèse : deux plaques textiles avec huit fils à nœud (cônes résorbés) de chaque côté,
provoquant d’intenses irritations et une alopécie temporales

CONCLUSION

La technique des fils de suspension par fils crantés présente peu de complications, lesquelles sont facilement traitées par l’exérèse du fil qui en est responsable, (« facilement » ne s’applique pas aux fils à cônes américains).
Les patients doivent savoir qu’il est facile d’enlever un fil même s’il est ancien, et les praticiens doivent connaître la technique d’exérèse et la pratiquer si nécessaire sans délai ni inquiétude. On en retiendra que l’un des grands avantages de cette technique de pose de fils de suspension crantés permanents est sa réversibilité.
Il vous est possible d’obtenir de plus amples informations en vous référant au site web de la SOMEREFs, société savante indépendante spécialisée dans le lifting médical du visage par les fils de suspension crantés.

BIBLIOGRAPHIE SUCCINTE :

Pour une bibliographie plus complète, consulter le site web de la SOMEREFs au chapitre « publications ».

  1. Facchinetti J.P., Foumentèze J.P., Frèteur D., Gidel P.J., Guillo, D., Jeanblanc G., Marthan J., Santi E., Shisha A., SOMEREFs website : www.somerefs.org
  2. Facchinetti J.P., Foumentèze J.P., Frèteur D., Gidel P.J., Guillo, D., Jeanblanc G., Marthan J., Santi E., Shisha A., membres de la SOMEREFs. Sur site web ; somerefs.org. Etude rétrospective multicentrique sur l’innocuité et l’efficacité des fils crantés. En cours d’actualisation avant parution.

Suite de la bibliographie disponible au secrétariat de l’AFME

7.6
  • Note du comité de lecture 7.6
  • Notes Utilisateur (19 Votes) 6
Partager

À propos de l’auteur

Denis Guillo

Le Dr Denis GUILLO est né en France à PAU en 1954. Diplômé de la faculté de Médecine de Lyon en 1987, il y exerce dans un cabinet du 6ème arrondissement. Il se spécialise en Médecine Esthétique dès 1991 et en maîtrise les plus belles techniques (toxine botulique, fillers, peeling phénol). En 2002, il découvre les fils de suspension crantés et en perçoit l’intérêt considérable pour traiter l’affaissement du visage sans avoir à recourir à la chirurgie, qui commence à perdre les faveurs du public. D’importantes améliorations étaient nécessaires à l’envol de cette technique de fils crantés permanents, très prometteuse mais trop souvent traitée avec négligence ou mépris, et constamment amalgamée avec les médiocres techniques de fils résorbables. Une riche expérience fondée sur un raisonnement logique et ponctuée d’avancées audacieuses lui ont fait publier quelques articles dont celui concernant les règles de bonne pratique en matière de fils permanents. Le rigoureux protocole Easylift®, qui représente le meilleur de ce qui peut être fait grâce à ces seuls fils permanents, est publié en 2017. Il est parfait pour obtenir des résultats de lift de visage très convaincants sans scalpel.

17 commentaires

  1. Marmoret le

    Bonjour, Je vais bientôt mettre des fils tenseurs mais quand je lis le témoignage plus haut cela fait un peu peur ! je voulais savoir si je pouvais être rassurée quand aux fils Spring Thread permanents . Merci pour votre réponse

    • Denis Guillo
      Denis Guillo le

      Bonjour Mme Marmoret
      Les fils Springthreads de First Surgiconcept sont les meilleurs à mon sens sur le marché des fils permanents. Je les utilise depuis 11 ans maintenant et peux vous les recommander. Ils sont les fils permanents souples les plus éprouvés du marché et ont la grande sécurité de pouvoir être enlevés en cas de problème, ce qui est rare. Un fil souple plus récent n’a pas cette sécurité. Ils sont testés sur mon article à paraître dans qq jours et qui sera sur mon site rapidemment.

  2. Bonjour,
    Je suis dans une situation semblable et j’aimerais avoir des vos nouvelles. Où en êtes-vous?
    Merci par avance.
    R.

    • Denis Guillo
      denis Guillo le

      Bonjour
      Après vos explications dans un mail privé, je vous précise ici que votre cas est différent puisque dans votre cas il s’agit des suites d’un lifting associé à la pose de fils Elasticum, et que cette procédure est totalement chirurgicale, bien qu’étant abusivement appelée “lifting par fils“, qui est une notion nettement plus médicale.
      C’est un lifting chirurgical donc une technique ouverte, avec résection cutanée certes faible mais réelle, décollement large et ajout de 3 boucles de fil permanent Elasticum.
      Rien à voir avec le vrai “lifting par fil permanent“, technique fermée sans décollement ni résection, avec implantation à l’aiguille à travers la peau.
      La possibilité d’enlever les fils Elasticum sans opérer, car telle est votre question, n’existe pas vraiment, puisqu’ils sont en boucle … et rugueux. Seule une réintervention est envisageable.
      Pour botter en touche, et en voyant vos photos, il me semble qu’un délai supplémentaire devrait permettre aux creux de s’estomper, mais aussi qu’un peu d’acide hyaluronique dans ces creux devrait permettre de rendre l’attente plus acceptable.
      L’aspect d’un lifting chirurgical en suites immédiates est en général un peu surtracté, surtout sur la mandibule en raison de l’œdème, et il convient d’être un peu patient.
      Bien à vous
      Dr Guillo

      • Ces fils sont une véritable ARNAQUES! j’ai payé 1800 € pour avoir souffert pendant 2 heures, pose des fils 3 de chaque côté.
        Visage déformé, boursouflé avec bleus très marqués pendant de nombreux jours.
        Impossibilité de travailler, de sortir! Déprime totale.
        MON VISAGE A PRIS 10 ANS, PHOTOS A
        L APPUI et ce, pendant plus d’un an !
        Ces fils ont eu l’effet inverse, faisant tomber les traits de mon visage au lieu de les remonter. J’ai fait une grosse dépression suite à cette intervention qui m’a conduite à l’ hôpital !
        A BON ENTENDEUR !

        • Denis Guillo
          Dr Denis GUILLO le

          Bonjour Mme Gurain
          Vous avez reçu une pose de fils résorbables, qui ne s’est pas très bien passée apparement. Il semble qu’il y ait eu un certain manque d’expérience côté poseur.
          Concernant l’aspect vieilli dont vous parlez, il est effectivement possible de le subir, avec n’importe quel type de fil d’ailleurs, lorsque la redistribution des tissus le long des fils n’est pas faite correctement. Au lieu d’élever les tissus par concentration ascendante, un mauvais placement des fils peut provoquer un abaissement des tissus, aggravant l’aspect affaissé et vieilli. Cela se voyait assez facilement avec les fils crantés courts d’il y a 15 ans. Fort heureusement vos fils étaient résorbables, mais on comprend bien votre déception à ce résultat négatif. A noter qu’un fil permanent eût été plus facile à enlever, permettant de revenir à l’état premier.

        • Bonjour,
          Je vis aussi une expérience désastreuse avec les fils infinitethread, j aimerais beaucoup prendre contact avec vous car je dois subir une exérèse et je suis totalement angoissée par l intervention.
          Bien à vous.
          Carline

  3. Bonjour,
    Je vis un calvaire depuis la pose de fils permanents, 2 semaines de douleurs atroces, une tension dans le crâne accompagnée de gonflements ultra sensibles au toucher .. Impossible d avoir la moindre expression sans avoir l’impression que l’on m arrache le scalpe, ni rire ni mastiquer ..
    Aujourd’hui lors de la dépose prévue, le médecin n’a été capable de retirer qu’une petite partie des fils, et ce en faisant preuve de barbarie .. Et je pèse mes mots .. Je le retrouve avec le visage difforme, défigurée pour je ne sais combien de temps ..
    La pire décision de ma vie ..
    le médecin m à prescrit de l’augmentin/ solupred ..
    il a tenté d un côté de retirer les fils en infiltrant anesthésiant/serum physio, ensuite tirer très fort depuis le sommet du crâne, en vain , seulement une partie a pu être retirée .. il a coupé l extrémité et laisser le reste dedans .. Face à cet échec, l autre côté il a réouvert au point d ´entrée des fils (niveau de là tempe) et par cette incision il a sectionné les fils .. Ensuite les a détendu dans la joue, détendu ce qui restait au niveau du crâne, et tente de retirer une partie du fils par l orifice de sortie en haut dans le crâne et coupé ce qu il a pu ..
    Mon visage est complètement tuméfié, asymétrique j ai tellement peur de rester comme ça ..
    Que puis je faire ?
    Une patiente en détresse !

    • Denis Guillo
      Denis Guillo le

      Bonjour
      Malheureusement pour vous , le montage que vous avez reçu est le plus difficile à défaire, puisque les fils crantés vont (inutilement) très haut sur le crâne, et que la fibrose qui les entoure les rend rapidement difficiles à enlever à ce niveau.
      L’intervention fort laborieuse que vous décrivez aura sans doute quand même pu enlever la cause de vos douleurs, ne serait-ce que par la simple section des fils entre le haut et le bas, qui suffit à faire s’estomper les tensions douloureuses caractéristiques des fils crâniens, anormalement intenses et durables dans votre cas. Vous l’apprécierez bientôt.

      Les dommages suivant le démontage de vos fils semblent sans doute impressionnants mais vous devez vous rassurer car ils devraient s’estomper rapidement puisqu’il s’agit essentiellement de volume de sérum physiologique censé aider à dissocier les fils des tissus. Sa résorption devrait se faire en quelques jours. Des ecchymoses seront peut-être un peu plus longues mais sont rares dans ce contexte.
      Si les fils sont correctement enlevés ou mis hors service, la symétrie de votre visage devrait parfaitement revenir. Dans le cas contraire, il faudra peut-être consulter…

      En référence avec mon article qui est en lien avec votre commentaire, l’évènement que vous décrivez est exceptionnel, et les douleurs décrites avec cette intensité (qui les met au rang de complications) et liées au crantage des fils hauts. Elles ne sont pas connues avec la technique Easylift, dont les fils hauts sont lisses et très faciles à enlever. On ne les enlève d’ailleurs jamais mais on les retend pour réactiver le lift tous les 3 ans, … ce que ne permettait pas le montage que vous aviez.

      Vous ne devriez plus subir longtemps les conséquences de cette pose. Vous noterez que malgré ces déboires, l’avantage de pouvoir retirer un fil est appréciable.

      Cordialement
      Dr D GUILLO

      • Bonjour Dr,
        Malheureusement le cauchemar n’est pas terminé ..un côté du crâne reste très douloureux au toucher.. Toujours impossible de dormir sur le côté, ou me coiffer normalement.. De plus et c est très inquiétant , une boule sur le trajet des fils le long de la mâchoire, rouge et douloureuse est apparue ce matin, accompagnée de fièvres nocturnes.. Je crains que ceci soit une infection, je ne sais pas si un traitement antibiotique est nécessaire ..
        D autre part, concernant la pose infinite lift, on me l’a vendu en insistant qu’il était possible de retendre les fils avec le temps ,( dans mon cas c est hors sujet car d un côté ils ont été sectionnés à la tempe) hors je lis au travers votre réponse que ce n’est pas faisable , tout comme il est écrit que les fils peuvent être retirés et que l acte n est pas irréversible , j ai bien peur qu il n en soit pas le cas avec les fils infinite.. Quoi qu il en soit je regrette amèrement et espère en venir à bout et trouver une solution .. Je suis dans l attente d’une réponse du médecin concernant cette boule qui s est formée ..et je désespère..
        Merci beaucoup pour votre temps !

        • Denis Guillo
          Denis Guillo le

          Bonjour Mme Jayet
          Il se passe effectivement quelque chose d’anormal sur le trajet d’un fil. Comme vous l’avez lu sur l’article qui sert de support à notre conversation, en cas d’infection, il faut au plus vite enlever le fil en ayant soin de prélever un échantillon de fil infecté pour l’envoyer très vite en labo de bactériologie, puis seulement traiter par antibiotique. Un simple traitement ne vous guérira pas définitivement et traiter en plus à l’aveugle (sans bactériologie) vous assure d’une histoire sans fin. Il faut donc agir vite et intelligemment. Je vous confirme que les fils Infinitelift sont très difficiles à enlever surtout sur le scalp.

          Je suis désolé qu’on vous ait dit que le système Infinitelift était retendable, -et on ne peut mettre en doute vos affirmations compte tenu du contexte-,et que son auteur se soit autorisé, contre l’avis de son expérience, à attribuer à son système des vertus qu’il lui était impossible d’avoir. Mais la communication même à un niveau professionnel sur Infinitelift est depuis toujours d’une grande ambiguïté et semble se préoccuper surtout de ressembler à Easylift en pensant bénéficier de tous ses avantages, de sa réputation et de 15 ans d’expérience, alors que le système que vous avez reçu est une régression correspondant à ma technique en X, inventée en 2003 et surpassée dès 2005 par Easylift.
          Il y a dans cet communication une sorte de parasitisme sans scrupule qui inquiète fortement quand on lit votre témoignage. A qui faire confiance?
          Ces commentaires vous éclairent un peu mais ne pourront vous soigner. Faites le forcing pour enlever rapidement le(s) fils, c’est la seule voie de sortie. Ensuite vous serez tranquille.
          Prenez soin de vous.
          Dr GUILLO

  4. Bonjour Madame,
    Vous comprendrez qu’en l’absence d’une consultation physique, un diagnostique précis et définitif est impossible à établir; aussi les conseils que je vais essayer de vous donner peuvent être à nuancer.

    Vous décrivez plusieurs symptômes:
    1. le tiraillement: peut-être dû à un excès de tension d’un ou plusieurs fils; bien qu’un mois ce soit écoulé, il est toujours possible d’effectuer une détension spécifique du ou des fils responsables.
    2. les oedèmes: ils ont sans doute déjà diminué; leur disparition totale est prévisible au cours des prochaines semaines.
    3. une boule: tout dépend du type de fil implanté. Connaissez-vous la marque ? (théoriquement notée dans le compte rendu opératoire). La boule nous oriente vers un fil à cône: il s’agirait alors vraisemblablement d’un cône perceptible sous la peau. Dans ce cas, son retrait s’impose: il est aisé et immédiat.
    4. Les points noirs ne paraissent pas en lien avec les fils.

    Concernant votre traitement actuel:
    1. L’antibiotique ne me parait pas justifié, vos symptômes ne nous orientant pas vers une suspicion d’infection.
    2. Solupred: là aussi, vous ne décrivez pas de phénomènes inflammatoires majeurs justifiant d’une prescription de cortisone. Il s’agit plutôt d’une convalescence un peu longue.

    Le pronostic:
    Les fils vont en effet se résorber en qq mois, et vous n’aurez à souffrir en théorie d’aucune séquelle.

    Cordialement.

  5. j’ai fait poser des fils il y a 1 mois, résorbables ça me tire j’ai des oedemes et un boule qui semble de pas vouloir partir.. completement abandonnée de mon medecin esthetique dermato plutôt..qu’en pensez vous??
    j’ai eu un traitement antibio et solupred 6 jours ..là je reprend solupred..
    les fils vont se resorber mais j’ai peur d’avoir des séquelles et d’avoir encore mal..
    j’ai remarqué aussi comme des point s noir sur ma peau ,tres peu je pense que ma peau digigère tout ça et a du mal merci pour votre réponse

    • Denis Guillo

      Bonjour
      Il me semble qu’il ne s’agit pas d’un commentaire à mon article mais plutôt d’une demande d’
      information et d’aide à une patiente en difficulté.

      Ce n’est donc pas le lieu approprié pour s’exprimer généreusement sur une affaire privée et un lien direct à la patiente paraît plus adapté et judicieux.

    • Bonjour Dr,
      Me voici à 7 semaines « post op » les douleurs se sont dissipées même si certaines zones au niveau du crâne restent au toucher douloureuses .. L effet est pratiquement nul, et depuis bientôt 3 semaines, une boule puis un cordon se sont formés au niveau d un fil le long de la mâchoire, le médecin ayant pratiqué la pose des fils a décidé de me remettre sous traitement antibiotique et anti inflammatoires.. L’antibiothérapie touche à sa fin et la boule ainsi que le cordon sont toujours bien présents, c est comme si les tissus avaient durci tout autour du fils.. mais malheureusement personne n à pu poser un diagnostic sur le phénomène, ni mon praticien, ni le concepteur des fils .. À les entendre je suis un cas à part… Le concepteur qui dès mon premier contact m’avait fortement dissuadée de retirer les fils, la manœuvre étant selon ses mots, difficile, et pas nécessaire .. à émis l’hypothèse d’un éventuel retrait .. Je ne suis pas rassurée car je n’ai trouvé sur le net aucun commentaire de patiente ayant subit avec succès cette procédure .. et au vu de l’ expérience traumatisante par laquelle je suis passée pour tenté le retrait, j’ai pu m’apercevoir qu’il n était en rien facile, celle ci s’étant soldée par un échec, et une période d’ éviction de pratiquement 2 semaines ..
      J’ai entre temps consulté un médecin, qui m’a prescrit une analyse de sang, afin de s assurer qu il n y avait pas d infection ..
      J’espère trouver quelqu’un qui sache mettre des mots sur le phénomène, ainsi que comment le résoudre …
      Bonne fin de journée
      Cordialement
      C. J

      • Denis Guillo
        dr denis GUILLO le

        Bonjour Mme Jayet
        Malheureusement, en cas de retour de vos symptômes inflammatoires après l’arrêt des antibiotiques, vous n’aurez guère de chance d’éviter l’évacuation du fil Infinitethread qui pose problème, et ceci rejoint le fond de mon article en référence.
        Le vrai problème est que ces fils Infinitethread vendus pour être très solides s’avèrent être en réalité très fragiles en raison d’une mauvaise conception. En effet il n’y a pas de bonne attache entre la gaine qui accroche bien les tissus et l’âme du fil qui est trop lisse et trop fine et glisse à l’intérieur de la gaine. Les deux se dissocient et on obtient un aspect de “chaussette“, la gaine restant dans le peau (c’est exactement ce qu’il ne faut pas si on tient à la sécurité du système que l’on peut enlever …qu’on vous a promis et qui n’est une réalité qu’avec le fil original Springthread de Surgiconcept de 2009 ainsi qu’avec les fils Aptos encore bien plus anciens). De plus l’âme isolée est trop fragile et s’effiloche rapidement avant de casser à la moindre traction, dès que le fragment a deux-trois centimètres. Ceci oblige pour retirer ce mauvais fil à de multiples petits orifices, qui s’ils sont acceptables sur le cuir chevelu (cf vos douleurs du crâne) ne le sont plus vraiment sur le visage (cf votre fil en bas à gauche). Et il est plus que probable que des fragments de gaine resteront en place, contrairement à ce que dit le fabricant sur son site.
        Vous comprenez pourquoi le concepteur-même de ce fil insuffisant n’est pas chaud pour vous les enlever…Il a raison, c’est une galère totale.
        Il y a un vrai questionnement sur la distance qui sépare ce qui vous a été promis (système de longue durée (!!) pouvant être retendu (!!!!) et facile à enlever (on sait maintenant que c’est totalement faux!!!!) et ce que vous avez reçu, d’autant que ces discours ne nous sont pas nouveaux de la part de plusieurs patientes et qu’ils semblent aussi prospérer dans la bouche de praticiens que nous supposions plus pragmatiques. Un des grands intérêts des fils crantés permanents, -la sécurité que confère sa possible exérèse- est totalement absent. L’usage de ce fil qui se fragmente facilement devrait être absolument évité car de difficiles gestions de complications s’annoncent après la vôtre et les praticiens seraient mieux inspirés de s’orienter rapidement vers des fils fiables et compétents, au long terme plus confortable pour tout le monde.
        Tenez-moi aux courant de votre évolution, je vous prie.
        Bien à vous
        Dr Guillo

        • Bonjour dr Guillo..on m’a posé des fils crantes epuis vendredi et à ce jour il y a un certain nombre de défauts et désagréments..le chirurgien me dit de patienter mais il me semble que je suis dans le cas de fil apparent..je n’en dors plus et souffre physiquement et moralement..puis je vous contacter en privé et vous adresser des photos ? Cordialement

Laisser un commentaire