Contour des yeux et ingrédients cosmétiques

0

La zone péri-orbitaire est celle où la peau est la plus fine (trois à cinq fois plus fine que sur le reste du visage). Avec le temps, des ridules, des rides plus ou moins marquées, les poches et les cernes s’installent.

Les formules des produits pour la région péri-orbitaire sont généralement dépourvues d’agents agressifs, de parfums et d’allergènes majeurs. Le pH est proche de celui des larmes. Les produits sont normalement bien tolérés par toutes les peaux même les plus sensibles.

ZONE PÉRI-ORBITAIRE

Les paupières supérieure et inférieure sont deux voiles musculo-membraneux mobiles qui recouvrent et protègent la partie antérieure du globe de l’œil. Elles sont constituées par sept plans superposés qui sont, d’avant en arrière, la peau fine, mince et mobile, une couche de tissu cellulaire lâche ne contenant jamais de graisse, le muscle orbiculaire des paupières (voir aussi le traitement de l’excès de paupières sans chirurgie).

Vient ensuite une deuxième couche de tissu plus lâche dans lequel se trouvent les ramifications principales des artères palpébrales. On compte ensuite une couche fibro-élastique, une couche de fibres musculaires lisses et la muqueuse qui tapisse la face profonde des paupières.

Les rides de la patte-d’oie et de la paupière inférieure sont les premières à s’imprimer, car la zone péri-oculaire présente des différences par rapport à la peau du visage. En effet, sa mobilité, sa finesse, sa fragilité sont autant de facteurs qui vont favoriser l’apparition de ces premiers signes caractéristiques du vieillissement.

La contraction circulaire du muscle orbitaire va conditionner l’orientation en éventail des rides du contour de l’œil : les rides de la patte-d’oie et du dessous de l’œil. Autour de l’œil, ce phénomène est plus marqué : la peau mal drainée, s’assombrit. Le relief se creuse et marque visiblement les rides.

La peau de la région péri-orbitaire, pauvre en collagène et presque privée d’hypoderme, impose une contrainte qui va se répercuter au sein du derme. Pénalisée par un drainage paresseux, la zone s’engorge et va marquer encore plus les rides.

Fine et riche en mastocytes, la peau du contour de l’œil est plus délicate et plus réactive. Cette réactivité est amplifiée par une forte densité de fibres nerveuses qui la rend plus réceptive aux perceptions des démangeaisons, brûlures, picotements. Elle est sujette aux intolérances en raison de cette sensibilité (entre autre).

LES INGRÉDIENTS

Les ingrédients cosmétiques utilisés hydratent, raffermis sent la peau, améliorent la microcirculation cutanée, renforcent la paroi des vaisseaux et participent à l’amélioration de la coloration du pourtour de l’œil.

En règle générale, la forme galénique est une émulsion huile dans l’eau. La phase huile est constituée d’huiles végétales, qui assure un apport en AGE (onagre, avocat, ricin,…), ainsi que des silicones, qui permettent un étalement plus facile du produit et lui assure un effet texturant. La phase eau est composée d’eau, d’eau thermale et d’eau florale (bleuet, rose, …).

Les cosmétiques destinés à la zone péri-orbitaire contiennent souvent des vitamines. La vitamine C et ses dérivés présentent des propriétés anti-oxydantes, assurent la synthèse de collagène I et III ainsi que la protection des macromolécules dermiques, plus connues sous le nom d’élastine. Mais elle est très instable et sa concentration maximale rencontrée est limitée à 8 %.

La vitamine E et ses dérivés présentent des propriétés anti radicalaires et anti-oxydantes. Très utilisée sous la forme de tocophérol ou d’acétate de tocophérol, elle est presque toujours associée à la vitamine C.

La vitamine K présente quant à elle des propriétés anti hémorragiques et est indiquée en cas de fragilité capillaire. Très spécifique, elle est parfois irritante dans sa forme native et interdite en cosmétique mais autorisée dans sa forme oxyde mieux tolérée.

Enfin, la vitamine A permet l’activation des divisions cellulaires, l’augmentation de l’épaisseur de l’épiderme et la synthèse des collagènes. Elle présente des propriétés réparatrices. Elle existe sous la forme de rétinol, de palmitate de rétinol et est présente de 0,1 % à pure, sous la forme de capsules.

DE NOMBREUX AUTRES INGRÉDIENTS

Les extraits végétaux qui entrent dans la composition des cosmétiques à destination de la zone péri-orbitaire sont nombreux et variés. On peut citer l’Oenothera biennis, la Buxus chinensis, la Camomilla recutita, l’Annuus ou le Pisum sativum. On les trouve sous des formes différentes qui peuvent être des extraits de feuilles, de fleurs, sous forme alcoolique ou glycolique (par exemple, l’alcool Arnica montana). Mais il peut également s’agir d’actifs identifiés comme la caféine, l’escine ou la ruscine. Présentées sous forme d’extraits, ils contiennent le plus souvent des conservateurs.

Les cosmétiques destinés au contour de l’œil contiennent également des correcteurs optiques qui réfléchissent la lumière, améliorent l’aspect final et participent à une protection solaire, grâce au dioxyde de titane, au mica ou au talc. Ils ne sauraient se passer d’hydratants, qu’il s’agisse de vecteurs d’eau (glycérine, sorbitol, alcool polyvinylique), d’acides aminés (arginine PCA, glycine de soja, hydrolysats de protéines), d’occlusifs, composants de la phase grasse (cire d’abeille, alcool batylique, esters d’huile de jojoba) ou de fixateurs d’eau (glycoprotéines, hyaluronate de sodium, collagène, etc.).

Enfin, les tenseurs agissent en surface pour un effet lissant. Il s’agit des composants de la texture finale dont le comportement est filmogène, comme les gommes, les polymères acryliques ou les molécules de type albumine végétale.

Parmi les anti radicalaires, la vitamine E est de loin la plus utilisée, devant les dérivés du silicium (silanol,Glycas sime®), l’ubiquinone ou les flavonoïdes, présents dans la majorité des extraits végétaux.

*Ces cosmétiques prennent différentes formes galéniques, de la crème au gel, en passant par les capsules de concentré actif ou le patch «lissant» qui assure un film protecteur. Il existe très peu de formes sans tensio-actif. Bien que contenant pour la plupart des écrans, très peu de formules jour sont disponibles avec des filtres solaires.
En revanche, toutes contiennent des conservateurs et/ou des antioxydants. Les conservateurs (parabens, phénoxyéthanol) assurent une protection de la formule et garantissent la stabilité des extraits végétaux complexes.

Les antioxydants, comme le BHT, le BHA ou l’acétate de tocophérol, protègent les huiles végétales, tandis que les chélatants (EDTA et dérivés, acide phytique) permettent la stabilité de la forme émulsion et une bonne interaction entre le contenant et le contenu.

DÉMAQUILLANTS ET ANTI-CERNES

Les démaquillants spécifiques pour les cils et les paupières ne doivent pas irriter la muqueuse oculaire ni déshydrater ou faire gonfler les paupières. Leur pH doit être voisin de celui des larmes et ils sont isotoniques. Les lotions sont le plus souvent à base d’hydrolats et de tensio-actifs doux. Les gels sont conçus comme des lotions gélifiées par des dérivés vinyliques ou cellulosiques. Les huiles dissolvent les produits de maquillage, tandis que les laits sont fabriqués avec des matières premières non irritantes.

Les démaquillants sont des émulsions de type L/H, avec des tensio-actifs non ioniques et des substances lipidiques sans acides gras libres. Les démaquillants sans rinçage ou démaquillants «2 en 1» se présentent sous forme de crème, de lait ou de lotion et ne nécessitent pas de rinçage. Ils sont à base d’esters d’acides gras, d’extraits de tilleul et ne renferment ni tensio-actif ni savon. Ces produits sont conçus pour les peaux sensibles qui ne supportent pas le contact de l’eau.

Les anti-cernes sont des produits destinés à combler la dépression sous-palpébrale et à masquer la coloration foncée. Contenant le plus souvent des poudres, comme le kaolin, le talc ou le dioxyde de titane et des substances colorantes, ils se présentent sous la forme de fluide quelquefois solidifié, en stick ou en crayon (voir aussi le comblement des cernes à l’acide hyaluronique).

CONSEILS D’UTILISATION

Les produits s’utilisent en soin quotidien mais également en cure d’attaque souvent pendant une période de trois mois. Éviter le contact direct avec les yeux.

1. Le matin : appliquer le soin sur une peau propre et sèche en tapotant légèrement du bout des doigts sur le contour des yeux.

2. Le soir : appliquer le soin après le démaquillage en tapotant légèrement du bout des doigts sur le contour des yeux.

Si les yeux sont gonflés au réveil ne plus appliquer le soin le soir.

BIBLIOGRAPHIE

  1. Martini MC. Introduction à la dermopharmacie et à la cosmétologie. Paris : Technique & Documentation, (3e éd.) 2011.
  2. Melissopoulos A, Levacher C. La peau : structure et physio logie. Paris : Technique & Documentation, (2e éd.) 2012.
  3. Martini MC, Seiller M. Actifs et additifs en cosmétologie. Paris : Technique & Documentation, (3e éd.) 2006.
  4. Draelos ZD. Special considerations in eye cosmetics. Clin Dermatol 2001 ; 19 : 424-30.
6.6
  • Note du comité de lecture 6.6
  • Notes Utilisateur (4 Votes) 4.5
Partager

À propos de l’auteur

Jannick THIROUX 

Laisser un commentaire