Association Française de Médecine Esthétique et anti-âge

Nouveaux mini-fils médicaux résorbables en polydioxanone (PDO)

0

Cela fait une bonne dizaine d’années que les médecins esthétiques ont introduit l’utilisation de fils de suspension comme essai d’alternative au lifting chirurgical, suscitant des résultats cliniques probants, mais également des déconvenues et donc de nombreuses controverses portant soit sur le matériel utilisé (fils non résorbables, fils trop « crantés », « russes » ou fils d’or encore plus anciens), soit sur la technique de pose parfois jugée trop « chirurgicale » quant à l’abord, soit enfin sur les résultats jugés défavorables du fait de complications (infection, rejet, visibilité dermique) ou de corrections suspensives excessives ou de résultats trop éphémères.

Depuis quelques années on assiste à l’émergence d’un nouveau courant de pensée avec l’introduction de fils complètement résorbables, munis ou non de cônes d’ancrage, permettant de lever les freins précédemment identifiés :

  •  Ces fils ont des effets de suspension, de bio-stimulation et d’induction tissulaire avec une totale innocuité et de résorption, parfaitement documentés.
  • Leur pose médicalisée est simplifiée et beaucoup plus sécuritaire pour peu que le praticien ait suivi une formation adéquate.
  • Les résultats sont quasi – immédiats avec des suites pratiquement comparables à celles post injection d’acide hyaluronique.

Le présent article a pour objectif de faire le point sur ces nouveaux mini-fils de suspension médicaux résorbables en polydioxanone (PDO)* désormais disponibles, en complément du point déjà fait par le Dr Beilin sur les fils à cône bidirectionnels à base d’acide poly-lactique (Revue AFME Avril 2013).

LES MINI-FILS MÉDICAUX RÉSORBABLES EN POLYDIOXANONE (PDO) :

Qu’est-ce que c’est ?

Ce sont des fils médicaux de suture stériles obtenus par la polymérisation de p-dioxanone (C2H6O3)n classiquement utilisés en chirurgie depuis les années 1980. Ces fils synthétiques en mono-filaments biocompatibles de diamètre de 0.12 mm et de longueur variable de 30/40/50/60/90mm sont montés sur des aiguilles guide de 25/27/29/31G de longueur comparable et se résorbent en moyenne en 2 à 6 mois par hydrolyse en eau et dioxyde de carbone, d’où leur parfaite tolérance par l’organisme (absence de rejet, d’allergie ou d’effets secondaires). Ils remplissent ainsi toutes les exigences réglementaires requises : approuvés dans la Pharmacopée Européenne et certifiés (marquage CE 1293 et ISO 1385- dispositif médical Classe III).

Quel est le principe de traitement ?

Le principe est d’insérer les fils dans le derme d’un visage relâché, selon certains axes de tension et en maillage, pour stimuler la synthèse locale de matrice fibroblastique et collagénique le long de ces fils, et s’y substituer au bout de 4 à 6 mois lorsque les fils sont résorbés, produisant un effet densifiant et tenseur de la peau, naturel et durable, pour encore 12 à 18 mois.
Cette action de remaillage du tissu dermique est :

  • d’abord mécanique par la présence physique des fils de PDO en soutien durant 2 à 6 mois tant qu’ils ne se sont pas résorbés,
  • puis bio-synthétique et bio-stimulante sur 12 à 18 mois grâce à l’apparition de la matrice fibroblastique en lieu et place des fils résorbés produisant, entre autres facteurs de croissance, de véritables travées de remodelage collagénique (Photo I).

Remodelage collagenique

Elle permet, sur un visage vieilli prenant la forme d’un V renversé en Λ du fait du relâchement cutané associé à la ptose et la fonte des loges graisseuse, de restaurer les marqueurs de jeunesse d’un visage, naturellement au départ en forme d’un V.

LA TECHNIQUE DE POSE DES MINI-FILS PDO :

La procédure entière de pose réalisée en cabinet médical selon les règles de base d’asepsie avec matériel et gants stériles nécessite environ 30 à 45 minutes :
1. Phase Préparatoire : Une préparation à base d’Arnica homéopathique 7CH J-2, J-1 et 9 CH J0 ainsi que crème anesthésiante 2 heures avant l’intervention est souhaitée. Puis sont dessinés sur la peau désinfectée du visage les axes de tension à restaurer, chaque patient étant un cas bien spécifique (Photo II).

préparation dessin axes

2. Chaque aiguille guide supportant le mini-fil tenseur en PDO est glissée dans le derme en intra-dermique profond selon les trajets prédéfinis, exactement comme lorsque l’on glisse une micro-canule souple lors d’une injection d’acide hyaluronique. Une fois l’aiguille complètement introduite (bien vérifier que le fil l’est aussi complètement) on exerce une légère pression sur l’extrémité distale de l’aiguille pour maintenir l’extrémité distale du fil en place, et on retire lentement l’aiguille (Photo III).

Pose de mini-fils
Il est important de ne pas positionner les mini-fils tenseurs en PDO trop en superficie car leur trajet deviendra alors inesthétiquement visible lors de l’induction tissulaire dermique. De même, positionnés trop en profondeur, outre les hématomes liés au traumatisme des muscles peauciers ou terminaisons artérioveineuses, l’induction tissulaire sera plus modeste.

3. Entre 30 et 50 mini-fils tenseurs en PDO sont nécessaires pour retendre un ovale du visage, et environ autant pour un cou. Cette insertion de mini-fils tenseurs en PDO est très peu douloureuse, et entraîne une discrète roseur de quelques heures et léger œdème réactionnel de 24 à 72 heures qui préfigure déjà l’effet tenseur dermique que l’on recherche à terme, et ainsi le résultat se voit déjà partiellement à la sortie du cabinet, après quoi il est possible de retourner travailler ou vaquer à ses occupations habituelles.

LES SUITES IMMEDIATES DE LA POSE DES MINI-FILS PDO :

On perçoit systématiquement une discrète roseur ou rougeur de la peau autour des points d’introduction des mini-fils tenseurs résorbables et le long de leur trajet, qui va durer quelques heures à 1 à 2 jours (Photo IV).

Post pose de mini-fils
Plus rarement, sur environ 20% des cas d’expérience personnelle, et malgré une prévention 3 jours avant l’intervention à base d’Arnica, peuvent survenir de petits hématomes d’environ 0.5 à 10 mm de diamètre au niveau de quelques un des 20 à 40 de points de piqûres ou trajets à l’aiguille intradermique qui ont été nécessaires.

Ils sont toujours maquillables et s’estompent rapidement en quelques jours, disparaissant totalement en 10 jours environ. Enfin, il y a une légère tuméfaction réactionnelle durant 48 H à 96H, sensible notamment au toucher ou à la mimique (à type de tiraillement ou démangeaison), qui donne un aspect tendu à la peau préfigurant déjà l’effet tenseur dermique que l’on obtiendra à terme. Cette tension, effet de tiraillement ou démangeaison est ressentie notamment lors de l’étirement de la peau lorsque l’on sourit ou baille, elle peut être sensible pendant 5 à 15 jours environ.

LES EFFETS CLINIQUES DES MINI-FILS PDO :

Ils sont immédiatement visibles avec un aspect de la peau déjà retendue grâce au léger œdème réactionnel des 3 premiers jours. Mais la peau va véritablement commencer à se lifter et se pulper au bout de 15 à 30 jours, donnant déjà un résultat tout à fait appréciable (effet mécanique), qui va encore quotidiennement s’améliorer durant les 3 à 4 premiers mois suivant la pose des fils, grâce à la synthèse locale de la matrice fibroblastique le long et autour de ces mini-fils tenseurs résorbables PDO (Photo V & VI).

effets cliniques des mini-fils

Entre le 3ème et le 6ème mois, les mini-fils vont être totalement résorbés, remplacés par les nouveaux « fils » naturellement fabriqués par l’organisme à base de collagène (effet bio-stimulant et bio-synthétique), qui vont se maintenir en place encore pendant environ 12 mois, soit une durée totale de 18 mois, après quoi le relâchement cutané se réinstalle progressivement.

Un entretien régulier avec quelque fils localisés permet d’entretenir et prolonger le résultat dans le temps.On juge donc le résultat définitif de l’effet lifting des mini-fils tenseurs résorbables PDO à partir du 3ème mois.

LES INDICATIONS DES MINI-FILS PDO

Les mini-fils tenseurs PDO peuvent se poser à tout âge à partir du moment où commencent à apparaitre les signes de vieillissement de la peau avec diminution de la matrice dermique et raréfaction des fibres collagéniques et élastiniques, et l’acide hyaluronique qu’elle contient. Ceci entraîne progressivement un amincissement et une distension de la peau responsable des plis, replis, sillons, creux et rides. Ils sont surtout intéressants chez les patients entre 30 et 65-70 ans qui conservent encore de bonnes capacités de synthèse locale de leurs fibroblastes.

On peut (et on doit), pour encore améliorer le résultat, renforcer par la prescription concomitante de compléments micro-nutritionnels spécifiques à la trophicité cutanée. En revanche, lorsqu’il y a trop de relâchement, ou que le patient veut un effet « immédiatement » très visible, l’indication de fils à cône ou à crans bidirectionnels à base d’acide poly-lactique ou carrément d’un lifting chirurgical doit se poser. Il faut savoir que les capacités de tension « mécanique » des mini-fils PDO ont leur limite et ne pourront suffire à entrainer un bon résultat esthétique dans ce cas.

Les meilleures indications sont donc au niveau :

– 1/3 moyen :
Restaurer les pommettes et la zone malaire
Effacer le sillon nasogénien.

– 1/3 inférieur :
Retendre et regalber l’ovale du visage. Redéfinir les coins de la bouche.

Cou : Relâchement et rides.

Ces fils sont également indiqués pour le relâchement de la face interne des bras, des cuisses et fesses mais je n’ai aucune expérience personnelle dans ces indications.

CONTRE-INDICATIONS, RISQUES ET COMPLICATIONS DES MINI-FILS PDO

Outre les contre-indications classiques des implants injectables sous cutanés (infection cutanée ou traitement anticoagulant en cours, grossesse), il faut s’abstenir chez les patients ayant déjà bénéficié d’implants injectables non résorbables non identifiés, ou ceux qui n’ont pas l’indication, comme un relâchement trop important.Chez les personnes âgées de plus de 60 ans on observe plus fréquemment des œdèmes ou des ecchymoses plus prononcées liées à la fragilité tissulaire et vasculaire de leur peau. Il est possible de les minimiser en prescrivant systématiquement en pré-intervention pendant 1 mois un traitement trophique cutané (par exemple : huile de jojoba 20 cc, onagre 5 cc, bois de rose HE 1 cc, cyprès HE 1,5 cc, sauge sclarée HE 1,5cc, géranium HE 2 cc) et en post-intervention des enzymes protéolytiques type bromélaïne, par exemple.

La pose des fils tenseurs en PDO est plus difficile chez des personnes ayant bénéficié d’injections antérieures de produits non-résorbables ou bien semi-résorbables, type hydro-xyapatite de calcium, ou de lifting chirurgical, en raison de la fibrose cicatricielle. Celle-ci oblige à « forcer » le passage de l’aiguille guide, avec un risque traumatique plus élevé, ou le risque de finalement positionner les fils trop en superficie ou profondeur pour contourner la zone fibreuse. Enfin, une petite induration de type nodulaire peut s’observer au point d’entrée du fil si son extrémité proximale n’a pas été suffisamment introduite en profondeur dans le derme. Il faut absolument veiller à ce que l’extrémité proximale du fil ne soit pas visible au point de poncture après retrait de l’aiguille guide.

Si c’est le cas, il vaut mieux alors l’attraper à la pince et le retirer et en repositionner un nouveau correctement pour éviter ce type de complication, qui disparait toujours, en même temps que l’induction tissulaire, quelques semaines après la pose. Il est à noter qu’il n’a pas été reporté d’infection, granulome ou autre complication sur près de 10.000 procédures où ces mini-fils tenseurs en PDO sont utilisés dans cette indication depuis 3 ans en Asie du sud Est (pays fabri- cant d’origine : Corée).

DISCUSSION

Les fils en PDO sont utilisés depuis des décennies en chirurgie classique et leur innocuité et totale résorption n’est plus à démontrer. 18 mois de recul et d’expérience sur la pose de ces mini fils en PDO sur le visage et le cou permet de retenir que :

  • La technique médicale de pose est simple, sure, sans complications ni effets secondaires particuliers à craindre ;
  • Les effets sur la tension et l’amélioration de la tonicité de la peau sont notables et visibles dans les jours qui suivent la pose, et s’intensifient dans le temps sur 2 à 6 mois,après quoi l’effet reste rémanent sur 12-15 mois environ avant de régresser progressivement. Comme pour les injections d’acide hyaluronique, il est possible de répéter la procédure pour entretenir le résultat ou effectuer des « retouches » ;
  • Les patients sont très satisfaits du résultat qu’ils trouvent naturel, « non tiré » pour l’effet tenseur mécanique, et de la tonicité et densification retrouvée de la peau de par l’induction tissulaire ;
  • Il est possible et intéressant d’associer à cette technique des injections de comblement d’acide hyaluronique ou bien relaxante (de neurotoxine) pour parfaire les résultats. L’expérience personnelle montre que les injections d’acide hyaluronique donnent de meilleurs résultats lorsqu’elles sont réalisées 1 à 2 mois après la pose des fils, comme si l’acide tenait mieux lorsque injecté dans un néo-maillage collagénique (principe du béton armé).
  • Les mini-fils tenseurs en PDO ne sont pas indiqués dans les relâchements importants nécessitant une traction évidente, ou lorsque la peau est trop laxe il convient en ce cas de plutôt proposer des fils ayant un effet mécanique plus prononcé comme ceux à cône ou à crans bidirectionnels à base d’acide poly-lactique. Il est à noter que des fils tenseurs en PDO maintenant « crantés » ayant donc un effet plus mécanique sont en cours d’introduction et d’évaluation sur le marché français**, ainsi que de nouveaux fils tenseurs composés d’un autre polymère tout aussi biocompatible, biostimulant et documenté que le PDO (caprolactone) et également pourvu d’un système breveté d’ardillons (« crans ») bidirectionnels***

CONCLUSION

Les mini-fils tenseurs résorbables en PDO constituent une approche intéressante dans le traitement du vieillissement du visage et du cou en particulier au niveau de la perte de tonicité grâce à leur action de remaillage du tissu dermique par un effet d’abord mécanique de soutien, puis bio-synthétique et bio-stimulant.Les résultats sont ainsi rapidement visibles (en quelques jours) et toujours appréciés des patients, permettant d’attendre ou repousser un lifting chirurgical. Toutefois, ils ne sauront s’y substituer lorsque les relâchements ou ptoses sont trop importants. La technique de pose est simple mais nécessite bien entendu une formation médicale préalable. La procédure est très sécuritaire du fait de la totale bio-compatibilité et de la résorption des fils. De plus, l’induction tissulaire ainsi créée est un processus naturel tout à fait physiologique. Cette technique peut s’intégrer dans tout protocole de rajeunissement du visage et du cou impliquant d’autres techniques médicales esthétiques comme les injections volumatrices ou lissantes d’acide hyaluronique, myorelaxantes de neurotoxine, ou encore les autres type de stimulations dermiques chimiques (peelings, mésothérapie) ou thermiques (Laser et IPL).
Peeling, IPL, Laser, Mésothérapie…
* Fils utilisés en référence à cet article : JBP V Lift.
** JBP V Lift
*** Happy lift – Princess Croma

BIBLIOGRAPHIE

  1. Polydioxanone (PDS), a novel monofilament synthetic absorbable suture. Ray JA, Doddi N, Regula D, Williams JA, Melveger A. Surg Gynecol Obstet. 1981 Oct ; 153(4):497-507.
  2. Novel biodegradable polydioxanone stents in a rabbit airway model. Novotny L, Crha M, Rauser P, Hep A, Misik J, Necas A, Vondrys D. J Thorac Cardiovasc Surg. 2012 Feb;143(2):437-44. Paul MD. Barbed sutures for aesthetic facial plastic surgery : indications and techniques.
  3. Clin Plast Surg. 2008 ; 35(3) : 451 – 61.
  4. Villa MT, White LE, Alam M, Yoo S, Walton RL. Barbed sutures : a review of the literature.
  5. Plast Reconstr Surg.2008 ; 121(3) : 102e – 8e.
6.5
  • Note du comité de lecture 6.5
  • Notes Utilisateur (14 Votes) 4.2
Partager

À propos de l’auteur

Christian COCCHI

COMPÉTENCES > 23 ans d’expérience en médecine anti-âge et esthétique en cabinet libéral et centres experts : - Fils tenseurs lisses et crantés - Injections - Mésolifts, Mésoneedling - Peelings superficiels et moyens - Lasers vasculaires, pigmentaires, détatouage, dépilation, remodelage Fraxel, Radiofréquence, - Cryolipolyse - Bilans anti-âge, Micronutrition, Détox, Sevrage Tabagique - Formateur agréé Association Française Médecins Esthétiques & Anti Age en Injections et Lasers - Formateur agréé Laboratoire Croma en Fils Tenseurs et Laboratoire Oligosanté en médecine Anti-age > 15 ans d’expérience en Marketing et Affaires médico-économiques dans l’Industrie Pharmaceutique (Groupe Servier 1992-98 /Merck Sharp&Dohme 1998-2007) CURSUS > 2007 - Diplôme Inter Universitaire Médecine Morphologique et Anti-Age (Paris XIII) > 2007 - Diplôme Inter-Universitaire Européen des Lasers Médicaux - Paris VI > 2000 - Certificate of PharmacoEconomics – Stockholm School of Economics > 1992 - Master of Business Administration ISA - HEC Paris > 1989 - Diplôme du Doctorat Médecine Générale - Bordeaux II

Laisser un commentaire