Muscle dépressor anguli oris et région labio-jugale

0

La marque du temps qui passe apparaît, inéluctable, sur le visage. Les exigences compétitives de la société moderne imposent de plus en plus l’effacement des signes de vieillesse, en particulier sur le visage. Le muscle abaisseur de l’angle de la bouche ou triangulaire des lèvres ou muscle abaisseur de l’angle oral ou Dépressor Anguli Ori, se situe dans la région jonctionnelle labio-jugale. Cette région se caractérise par une mobilité très intense. Ce muscle joue un rôle particulièrement important dans l’expression du visage. C’est un muscle peu étendu en superficie mais qui, par sa fonction, au fil du temps, imprime au visage vieillissant la tristesse, le scepticisme, la défense, l’amertume. Le besoin d’effacer cette image de visage figé dans une telle expression n’engageant pas à la communication représente une demande croissante. Or, les approches conventionnelles non invasives, qui ne se limitent fréquemment qu’à des comblements superficiels dermo-hypodermiques par des acides hyaloruniques, parfois associés à des traitements de surface, ne nous satisfont que partiellement dans nos résultats, même si elles contribuent à l’effacement du pli d’amertume. L’aspect repérable, peu naturel, du résultat de ce type de correction, nous conduit à rechercher d’autres alternatives de traitement.

Elles sont basées sur l’utilisation d’injections d’acide hyalorunique, non pas dermo-hypodermiques, mais profondes dans la graisse sous-musculaire, et sur l’association de plusieurs techniques de traitement peu invasives. L’objectif de ce travail est de proposer une ébauche technique de traitement du D.A.O.basée sur les éléments suivants : une prise en compte des aspects anatomiques spécifiques de la région, une analyse fonctionnelle des interactions graisse-muscle qui jouent un rôle majeur dans le vieillissement de cette région, et une proposition correctrice peu invasive, graduée et de longue durée, du D.A.O et du pli d’amertume aux stades précoces du vieillissement. Elle reposera sur les utilisations associées d’acide hyalorunique en injections sous-musculaires et du mésolift.

Ce contenu est réservé aux membres de l'AFME. Pour voir l'article en entier, connectez-vous >
 

7.0
  • Note du comité de lecture 7
  • Notes Utilisateur (2 Votes) 5.8
Partager

À propos de l’auteur

Marc DUCARRE

Laisser un commentaire