Mon expérience des ondes acoustiques contre la cellulite

0

Aujourd’hui et après trois années d’expérience, je reste un fervent partisan des ondes acoustiques contre la cellulite. La première raison tient dans la physiopathologie de la cellulite. Je ne reviendrai pas sur les raisons biologiques (sexe féminin), génétiques et/ou ethniques, ni sur les erreurs diététiques, cela est connu, non modifiable à part l’alimentation et de peu d’intérêt en ce qui concerne cet article.
La physiopathologie du développement des nodules de cellulite est beaucoup plus intéressante. Nous connaissons tous maintenant ce schéma qui montre l’inexorable « poussée » vers la surface des ces amas d’adipocytes hypertrophiés, gorgés de triglycérides et d’eau étranglés entre les cloisons fibreuses sur leurs côtés et le fascia superficialis en dessous.

La physiopathologie du développement des nodules de cellulite

Finalement cette turgescence des adipocytes va créer les capitons séparés par les cloisons fibreuses qui tirent vers le bas les points du derme ou elles sont fixées.

Les capitons

C’est la fameuse peau d’orange, visible de façon spontanée dans les lipodystrophies anciennes et par pression sur les plus récentes, et parfois même dans les lipodystrophies très localisées de femmes avec un poids normal.

Cette hypertrophie adipocytaire va provoquer au sein des cloisons conjonctives, qui au fil du temps vont perdre leur élasticité, un véritable étranglement des pédicules vasculaires (veinules, artérioles et lymphatiques).
Finalement les « paquets » d’adipocytes vont se comporter comme autant de sacs qui se remplissent et ne peuvent se vider par manque de drainage, les cellules se trouvant cernées par des cloisons de plus en plus rigides avec une microcirculation de plus en plus pauvre. C’est pourquoi les ondes acoustiques prennent toute leur valeur pour permettre le drainage de ces amas graisseux.

LES ONDES ACOUSTIQUES

Elles sont maintenant bien connues pour leur pouvoir de fragmentation des amas calciques (lithiases et calcifications tendineuses) et pour leur pouvoir cicatrisant sur les lésions tendineuses et musculaires en traumatologie du sport. Elles le sont aussi pour leur action micro circulatoire drainante et défibrosante.
C’est un véritable massage très puissant, dont les résultats n’ont rien à envier aux manœuvres, tant manuelles que mécaniques ou par variation de pression que l’on peut pratiquer pour résorber les amas cellulitiques.

L’APPAREIL*

Il permet de délivrer :

  • une pression exercée de 0 à 5 bars
  • un nombre d’impulsions de 0 à 20000
  • une fréquence d’impulsion de 0 à 21 Hertz

L’APPAREIL

LE PROTOCOLE

Examen clinique : interrogatoire, poids, taille, IMC, TA, pouls, traitements en cours, enquête alimentaire. Faire des mesures : fiables et répétitives avec des points fixes.

Examen clinique :

  • Périmètre abdominal : 1 point antérieur 6 cm sous le bord supérieur de l’ombilic (mieux défini que la marge inférieure
  • 2 points postérieurs dans les fossettes de Michaëlis
  • Tour de cuisse en suivant le pli fessier.

Tour de cuisse
Lors du traitement initial, on pratique de 6 à 10 séances en utilisant la tête de traitement spécifique contre la cellulite.

La pression est réglée de 3 à 4 bars selon la densité et l’ancienneté de la lipodystrophie. Le nombre d’impulsions par zone (cuisses, abdomen) de 6 à 8000 impulsions (environ 2000 pour une surface de100 cm²). La fréquence est de 16 à 18 hertz.
Un gel neutre est appliqué au préalable et on passe lentement la pièce à main sur toute la zone concernée. L’appréciation de la bonne application (end point) est faite en observant un érythème diffus en fin de séance.

end point

Le traitement est quasiment indolore et rapide. Bien supporté, il ne laisse, généralement ni inflammation ni ecchymose.
Les résultats sont visibles et mesurables dès la 3ème séance. En moyenne la réduction du périmètre est de 6 cm pour le périmètre abdominal et de 4 cm pour la « culotte de cheval ». Pour optimiser ces résultats, nous demandons l’application quotidienne par la patiente de crèmes à la caféine dont on sait qu’elles sont actives sur la cellulite hypodermique. L’entretien recommandé est d’une séance mensuelle dans l’année qui suit.
Nous conseillons systématiquement une diététique adaptée et une activité physique régulière : 30 minutes 5 fois par semaine d’une activité physique continue faisant transpirer et mobilisant de grandes masses musculaires.

Résultats après 6 séances

Résultats après 6 séances

MON EXPÉRIENCE

Selon le paramétrage de l’appareil, il est possible de raccourcir le temps de traitement pour arriver au « end point ». Plus l’on augmente la pression et la fréquence et moins de temps est nécessaire pour obtenir l’érythème. Pour les patientes sensibles, il est possible d’utiliser une anesthésie locale légère par crème par exemple.
Le traitement optimal semble être une séance par semaine pendant 6 à 8 semaines. Notons que quelques taches purpuriques apparaissent parfois en fin de séance. Elles disparaissent spontanément le lendemain.

CONCLUSION

Nous avons encore à notre disposition un traitement simple et efficace. D’un apprentissage facile, il peut être délégué au sein du cabinet médical, avec des résultats constants. Son agrément FDA dans le traitement de la cellulite est un gage de qualité et de sécurité.

BIBLIOGRAPHIE

    • consultable sur le site de Storz Médical : http://www.storzmedical.com/fr/specialite/medecine-esthetique/litterature.html
      * Appareil utilisé : celluwave®
6.5
  • Note du comité de lecture 6.5
  • Notes Utilisateur (3 Votes) 6.1
Partager

À propos de l’auteur

Jules Marthan

Laisser un commentaire