Nouvelle technique thérapeutique pour l’alopécie : la mésogreffe°

2

HISTOPATHOLOGIE

L’alopécie est définie par une chute pathologique des cheveux et touche une grande partie de la population (50% des mâles caucasiens et 42% des femmes). Une grande fréquence de ces alopécies est d’origine génétique mais l’on trouve aussi d’autres causes pour lesquelles des thérapies sont possibles. On distingue 2 grandes catégories d’alopécies :

Les différences sont majeures :

  •  Dans le cas des alopécies cicatricielles, les follicules pileux sont endommagés, détruits ou mal formés: les lésions sont donc irréversibles et les traitements inefficaces
  •  Dans le cas des alopécies non cicatricielles, les follicules pileux ne sont pas détruits et les lésions sont fréquemment réversibles avec un traitement adapté.

Rappelons que les follicules pileux sont des structures évolutives : passage de phase de pousse (anagène) avec phase de repos (catagène) puis de chute (télogène). Dans le cas des alopécies androgénétiques, la phase anagène est raccourcie et le nombre de follicules passant en phase télogène est augmenté (action de la 5 αDHT qui accélère le cycle de pousse et la miniaturisation des bulbes qui chutent rapidement).

De nombreux traitements tentent de ralentir ou freiner cette chute (Minoxidil, Finastéride, Dutastéride chez l’homme et anti-androgènes (spironolactone, acétate de cyprotérone) chez la femme) avec plus ou moins de résultats et d’inconvénients.

Après plusieurs mois de pratique personnelle, l’objectif de ce document est de présenter et proposer une nouvelle technique de travail permettant de modifier l’évolution de ces alopécies au moyen d’un nouveau dispositif médical agréé certifié classe I non invasif (classe idem à un scalpel, une seringue…) et réalisable simplement dans un cabinet médical sous réserve d’une formation adaptée.

Ce traitement permettra d’injecter dans le tissu intradermique une suspension de cellules autologues obtenues en utilisant le système Rigenera® à partir de microgreffons capillaires. Notons qu’aucune manipulation chimique ou enzymatique ni mise en culture ne sont nécessaires, ce qui en assure la complète sécurité et légalité.

Sa réalisation se déroule en environ maximum 30 à 40 minutes. Donc, in vivo :  un prélèvement et une nano-découpe simple de quelques microgreffons capillaires soit une action encore plus simple qu’une microgreffe de cheveux pour ceux qui pratiquent ces techniques !

Revenons aux fondamentaux pour comprendre les bases physiologiques de cette nouvelle méthodologie. Je me suis appuyé pour cela sur les études de Pietro Gentile et Col. – Département de chirurgie plastique et reconstructive de l’Université de Rome – Italie 2017


Les récentes recherches sur des cellules souches mésenchymateuses non embryonnaires apportent de nouvelles possibilités dans l’utilisation de cellules souches collectées à partir de tissu autologue (Laino et al. 2006 ; Graziano et al. 2008a ; Graziano et al.2008b). Il existe plusieurs types de cellules souches :

  •  Cellules Totipotentes, qui peuvent se différencier en cellules embryonnaires et extra-embryonnaires pour construire un organisme complet
  •  Cellules Pluripotentes, descendantes des totipotentes et pouvant se différencier en presque toutes les cellules mais en passant par une reprogrammation par thérapie avec génie génétique donc complexe à utiliser en médecine ambulatoire.
  •  Cellules Multipotentes (Cellules souches mésenchymateuses CSM) pouvant se différencier en un certain nombre de types de cellules mais seulement au sein d’une famille cellulaire (tissu adipeux, moelle, sang…). Ce sont celles qui nous intéressent au maximum dans cette technique.
  •  Et Cellules Unipotentes ne produisant qu’un seul type de cellule identique avec propriété d’auto-renouvellement.

La matrice des bulbes (renflement du bulbe) est très riche en cellules endothéliales, péricytes, lymphocytes, pré-adipocytes et en cellules souches mésenchymateuses (ADSC) pluri et surtout multipotentes riches en facteurs régénérateurs (protection antioxydante entre autre), facteurs de rajeunissement cutané (cellules à vie longue) et facteurs de stimulation vasculaire et de cicatrisation (TcF3). Ces cellules multipotentes secrètent des facteurs de croissance favorables aux cellules environnantes; elles produisent également des facteurs anti-inflammatoires qui entraînent une immunosuppression locale et favorisent la fonction de cellules régulatrices de l’immunité. Ces propriétés limitent l’inflammation locale et protègent, à priori, contre le rejet de greffe.

Les cellules graisseuses matures et les adipocytes immatures péribulbaires présents dans l’environnement (à la base des greffons) ont aussi une action potentielle sur la sécrétion de leptine et d’adipokine … qui sont des produits qui induisent la phase anagène capillaire (Festa and col.©, Ito & Liu & Yang Col. ©,Sumikawa and col.©; Zanzottera F & Lavezzari and col.©).

MATERIELS ET METHODE DE TRAVAIL

Ce contenu est réservé aux membres de l'AFME. Pour voir l'article en entier, connectez-vous >
 
7.3 Donnez votre note avec le curseur "utilisateurs" ci-dessous
  • Note du comité de lecture 7.3
  • Notes Utilisateur (4 Votes) 7.1
Partager

À propos de l’auteur

MARCEL METANOMSKI

Diplôme InterUniversitaire Médecine Morphologique et Anti-âge - Faculté Saint-Pères Paris V Diplôme Universitaire de Diabétologie – Faculté de Rouen Diplôme Universitaire Nutrition et Diététique Clinique et thérapeutique – Hopital BICHAT Diplôme Universitaire Troubles du Comportement Alimentaire – Hopital SAINT-ANNEMembre de la Société Française de Médecine Esthétique Membre de l’Association Francaise de Médecine EsthétiqueAncien Président de l’Association Européenne de Médecine Esthétique et de Diététique et ancien Président de la Société Internationale de lipolyse Formation en Ressources humaines « cycle de PNL » auprès de UNAFORMEC.Actes pratiqués : - Nutrition et diabétologie - Microgreffe capillaire depuis 1990 - Injections, peelings, pose de fils - Lipoaspiration et lipofilling (Etranger) - Plasma plaquettes et Mésogreffe capillaireConférencier et formateur dans divers congrès et formationsAuteur de nombreux articles et livres en Nutrition et médecine esthétique LIVRES PERSONNELS : - En 1995, auteur du livre : « Le poids Mental » intégrant la gestion du mental, la gestion de la diététique et la gestion du "look" dont l'esthétique. Ce livre est édité par les éditions ELLEBORE-CASTEILLA puis sur Lulu.com – Classé dans les 10 meilleurs livres de nutrition par la revue QUE CHOISIR en 1996- En 2004, auteur du livre : « Programmez votre régime » intégrant la gestion du mental, la gestion de la diététique et la PNL formant ainsi la Programmation Psycho-nutritionnelle. Ce livre est édité par les éditions ELLEBORE-CASTEILLA puis Lulu.com- Très nombreux articles en médecine esthétique (Pour AFME, SFME, Cabines International, Revue Rajeunir...)

2 commentaires

  1. Aurélien PERROD le

    Merci pour ce bel article ! Une question : quelles sont les alternatives pour récupérer ces cellules mésenchymateuses multipotentes ?

    Amitiés

  2. DEHIBA

    Article fort interessant, merci pour son auteur.
    Je pense que les cellules souches sont l avenir de la therapeutique des alopecies.
    Cdt

Laisser un commentaire