Acide hyaluronique et précautions d’utilisation

0

L’acide hyaluronique (AHA) est très largement utilisé comme produit de comblement en médecine esthétique. Même si les effets secondaires et les complications sont peu fréquents, il ne faut cependant pas faire l’impasse sur les précautions d’emploi de ces produits pour ne pas risquer des déconvenues qui auraient pu être évitées.

Cet article est conçu comme un Vademecum auquel tout praticien pourra se référer au cours de sa pratique quotidienne.

GENERALITES

L’acide hyaluronique (AHA) est un produit de synthèse considéré comme dispositif médical et non comme un médicament. C’est une molécule « Human Like » identique à celle présente naturellement dans l’organisme hormis les agents réticulants qui l’accompagnent.

La réglementation concernant sa diffusion et son utilisation est donc plus souple que pour la toxine : accessible à tout praticien bien formé, AMM autorisée pour toute zone d’injection sans restriction.

CHOIX DU PRODUIT

Quelle qu’en soit le fabricant, il est important de respecter les indications fournies par le laboratoire sur le choix du filler par rapport à la zone de traitement concernée, au volume injecté et à la profondeur d’injection.

Ce n’est qu’avec l’expérience que l’on pourra raisonnablement dévier du schéma proposé. Par exemple, certaines zones comme les cernes (risque de surcorrection) ou la glabelle (risque de nécrose cutanée) seront traitées avec précautions en utilisant de faibles quantités d’un filler de viscosité adaptée.

Ce contenu est réservé aux membres de l'AFME. Pour voir l'article en entier, connectez-vous >
 

6.1
  • Note du comité de lecture 6.1
  • Notes Utilisateur (4 Votes) 5.9
Partager

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire