La blanching technique explication de la technique d’injection et indications

0

Lorsqu’on lit les notices d’utilisation remises par les fabricants de gels d’acide hyaluronique (gels HA), particulièrement pour les gels les moins réticulés et/ou les moins concentrés en HA, élaborés pour le traitement de fines rides et des peaux fines (patte d’oie par exemple), on constate, d’une part, que ceux-ci doivent être placés dans le « derme superficiel ».

Il serait souhaitable de savoir ce que les fabricants, voire leurs consultants, entendent réellement par « derme superficiel ».

D’autre part, communément, les gels d’HA conçus pour la correction des rides moyennes et profondes s’injectent dans le derme moyen à profond. Un seul gel pour les rides moyennes à profondes, de par sa conception et ses propriétés visco-élastiques, est conçu spécifiquement pour une injection dans le derme réticulaire superficiel.

Le derme :

il mesure en moyenne, de 0.3 mm à 3.0 à 4.0 mm, soit 300 μm à 4000 μm, voire plus au niveau du dos. Anatomiquement, le derme peut être séparé en deux zones bien distinctes :

    • le derme papillaire
    • le derme réticulaire.

Le derme papillaire, très mince, sous la couche basale de l’épiderme, possède une structure fibrillaire différente de la partie dite réticulaire.

Les fibres collagènes et élastiques y sont à orientation plutôt perpendiculaire par rapport à la membrane basale de l’épiderme.

Parmi les biopsies en notre possession, l’épaisseur du derme papillaire varie entre 0.05mm et 0.3 mm (ou de 50 μm à 300 μm).

Ce contenu est réservé aux membres de l'AFME. Pour voir l'article en entier, connectez-vous >
 

7.5
  • Note du comité de lecture 7.5
  • Notes Utilisateur (5 Votes) 6.2
Partager

À propos de l’auteur

Patrick MICHEELS

Patrick Micheels est médecin généraliste, spécialisé en médecine esthétique depuis plus de 25 ans. Il est consultant et/ou formateur pour les grands fabricants de toxine botulique et de gels d’acide hyaluronique. Il est auteur de très nombreux articles scientifiques publiés tant en français que dans les grandes revues scientifiques anglophones. Il a participé à 2 études cliniques sur les acides hyaluroniques en collaboration avec l’Université de Genève.

Laisser un commentaire