La mésolipolyse

0

Une association de techniques mini invasives pour une optimisation des résultats.
Lipolyse par mésothérapie et ondes de choc (Injection d’un mélange lipolytique, application d’ondes de choc (AWT : acoustic wave therapy) sur les régions à traiter, méso drainage).

Les éléments pathologiques comprennent : une augmentation de volume des adipocytes, une compression des différentes voies circulatoires, une accumulation de déchets, une fibrose et une perte d’élasticité cutanée et des zones de cellulite avec un aspect de « peau d’orange », résultant de l’attraction du derme vers le fascia superficialis par les travées conjonctives entre les lobules de graisse sous cutanée.

Les éléments pathologiques

Photo 1

La lipodystrophie abdominale d’origine alimentaire essentiellement. Elle est sensible partiellement au régime : plus elle est ancienne plus elle sera difficile à traiter et plus la récupération de l’élasticité cutanée sera difficile voir impossible en dehors d’une abdominoplastie
La lipodystrophie génétique (cuisses, hanches, face interne des genoux) est insensible au régime, peu à l’activité physique, très rapidement fibreuse.

Optimisation des résultats si certains critères sont respectés ; IMC entre 24 et 27 maximum, masse grasse : 30% maximum.
Une diète protéinée les 15 premiers jours au moins (starter de la lipolyse) avec une activité physique régulière (minimum 45 minutes 3 fois par semaine : activité physique continue faisant transpirer et mobilisant de grandes masses musculaires) et aussi le traitement des insuffisances veineuses majeures. La méso lipolyse n’est en aucun cas un traitement du surpoids mais traite la lipodystrophie localisée.

La mésothérapie

Connue depuis 1950, son action thérapeutique sur les troubles microcirculatoires des membres inférieurs n’est plus à démontrer. Elle permet d’apporter au sein du tissu adipeux sous cutané différents produits qui vont permettre d’obtenir une lipolyse, une amélioration de la microcirculation, de la qualité du tissu conjonctif sous cutané et du derme.
La liste des produits utilisables est limitée à cause de la suppression progressive des injectables de la pharmacopée.
Restent disponibles (sur la dernière édition du VIDAL) : Conjonctil (silicium), caféine, Dicynone (Etamsylate), procaïne, laroscorbine injectable (vitamine C), bécozyme (groupe des vitamines B), eau PPI (eau distillée stérile), sérum physiologique.
Hors VIDAL: La Phosphatidylcholine, présentée en flacons ou ampoules de 5 ml avec 250 mg de phosphatidylcholine et 125 mg de Déoxycholate.

La législation :

Si l’on s’en tient stricto sensu aux AMM aucun de ces produits ne peut être utilisé par voie mésothérapique.
Toute la mésothérapie est donc hors AMM car tous ces produits sont donnés pour être injectés soit par voie intra musculaire voire intra veineuse et/ou en perfusion et aucun n’a l’indication de traitement local des lipodystrophies ni d’une autre pathologie quelle qu’elle soit et aucun n’a comme site d’injection le derme.

L’injection se fait donc sous la responsabilité du thérapeute qui les utilise et en cas de litige avec un patient mécontent (problème à discuter avec les assurances professionnelles : négociation ou remboursement ?).
Dans le concept de Mésolipolyse, la mésothérapie est un des volets du traitement.
Cette méthode ne préconise pas un cocktail en particulier, chacun peut et doit utiliser le mélange qu’il a l’habitude d’employer et qui lui donne les résultats les plus satisfaisants.
La différence réside dans l’apport des ondes acoustiques.

Les ondes de choc

Ce contenu est réservé aux membres de l'AFME. Pour voir l'article en entier, connectez-vous >
 

7.2
  • Note du comité de lecture 7.2
  • Notes Utilisateur (2 Votes) 5.8
Partager

À propos de l’auteur

Jules Marthan

Laisser un commentaire