LED et associations de soins esthétiques

0

Les  différents impacts biologiques des LEDs exposés ci-avant peuvent avoir une action complémentaire voire synergique avec d’autres procédures.

Dans cet exposé seront énumérées quelques associations possibles mais le champ d’investigation est très large ce qui laisse entrevoir d’autres possibilités. Une des bases de travail a été d’associer deux longueurs d’ondes 590nm et 630nm pour démontrer leur action synergique.

Par exemple : dans l’harmonisation de la répartition de la mélanine.

ImageExtract-032

ASSOCIATION LED ET PEELING

La possibilité d’une action directe LED et peelings en particulier ce que l’on a dénommé faute de terme plus adéquat « peeling photo dynamique » : elle découle directement du principe du traitement photo dynamique des kératoses et de certains cancers de la peau. Dans cette procédure il s’agit de faire pénétrer dans la peau une photo active dérivée de la 5 ALA qui va interagir avec la lumière.

La concentration du photo-actif est moindre ainsi que le temps d’occlusion afin d’éviter une action toxique sur les cellules et de ne garder que l’action photo rajeunissante. Cet effet a été étudié par Ruiz et All. Dans la catégorie pénétration des actifs et action de la lumière ce qui semble aujourd’hui la voie la plus intéressante, il faut retenir le pouvoir de l’acide glycolique via les peelings superficiels.

En effet l’acide Glycolique augmente la pénétration des actifs par son action sur l’épiderme. Par exemple la pénétration de la carnitine qui booste la mitochondrie puis l’action de la LED avec dans ce cas un effet synergique sur la cellule. Une action complémentaire peelings et LED est possible avec tous les peelings : action rejuvénatrice du peeling associée à l’action photoréjuvenatrice de la LED.

ImageExtract-033

ImageExtract-034

Ainsi 3 modes d’action sont possibles : directe, synergique et complémentaire.

Dans cet exposé l’aide à la cicatrisation apportée par la LED à la suite de peelings ou de lasers agressifs n’est pas abordée car si la meilleure cicatrisation a été démontrée l’amélioration des résultats bien que supposée n’a pas fait l’objet d’une étude.

Dans tous les cas d’associations la LED en entretien permet la perduration des résultats.

LED ET ACNÉ

En pathologie l’association aux traitements de la LED dans le spectre bleu peut apporter un bénéfice certain comme dans l’Acné par exemple. Dans une étude in vitro il a été trouvé un effet anti inflammatoire par diminution de l’IL- 1 et de l’ICAM-1 et un effet anti infectieux par augmentation d’un peptide LL-37 cathelicidine qui viennent s’ajouter a l’effet connu de la LED bleue (405-420 nm) sur la coproporphyrine III de Proprio bacterium acnes.

Ces résultats ont été confirmés in vivo par l’utilisation seule d’un home device émettant à 410 nm. La LED émettant dans le bleu pour la propriété anti infectieuse et dans le rouge pour sa propriété anti inflammatoire peut apporter une solution en cas d’impasse thérapeutique.

ImageExtract-035

ImageExtract-039

LED ET PRP

[/restrict]

Une action synergique LED PRP (Plasma Riche en Pla- quettes) a fait l’objet d’une étude préliminaire sur un seul exemple mais qui vient corroborer les actions déjà décrites séparément de la LED et du PRP.

En effet le PRP, par la libération de facteurs de croissance et une cascade d’effets biologiques, a des effets similaires aux différentes phases de la cicatrisation en shuntant le kératinocyte ce qui a été également largement étudié avec  la  photobiomodulation. Dans  cet  exemple  l’effet rajeunissant avec la réapparition d’une membrane basale festonnée et la synthèse d’un collagène réticulé été montré grâce à la microscopie confocale.

Dans le cas PRP + LED la formation des papilles dermiques et du collagène est plus rapide et de meilleure qualité. L’association est donc synergique.

ImageExtract-036

ImageExtract-037

ImageExtract-038

D’autres associations sont possibles : radiofréquence et LED, carboxythérapie et LED, mésothérapie et LED.

A travers ces exemples encourageants il faut déterminer si l’action est complémentaire ou synergique et en tous les cas tel que le préconise le Dr D. Barolet ne pas hésiter à essayer toutes les combinaisons possibles en se rapprochant de la physiologie qui montre le plus souvent des mécanismes dynamiques et interactifs.

A travers toute la littérature la question est : comment oublier la lumière ?

EN CONCLUSION DES ARTICLES DES DOCTEURS MICHÈLE PELLETIER AOUIZERATE, SUZANNE HAUSDORFER ET LINDA FOUQUE-PARACHINI

La pratique de la PBM nous invite à une vision dynamique des processus physiologiques. Au cours du protocole, l’évaluation clinique à chaque séance de la lésion et du patient, redéfinit le résultat final. Peut être devrions établir des paramétrages issus certes, des écrits, mais aussi de notre expérience et des rapprochements/comparaison entre différents symptômes similaires.

A l’instar de nos maitres qui nous ont enseigné l’anatomie, peut être devrions nous instituer « la séméiologie comparée » pour faciliter notre démarche novatrice ?

M. Pelletier

Un grand merci à tous les orateurs qui ont éclairé (par leurs lectures) nos sessions depuis 2010 et sans qui ce travail n’aurait pas vu le jour.

BIBLIOGRAPHIE SUR DEMANDE, OU AU SITE DE LA LED ACADEMY

1 – Inflammation, cicatrisation photobiomodulation : un nouveau regard (journée de perfectionnement LedAcademy Paris 7 décembre 2013).

2 – Keyvan Nouri, Lasers in Dermatology and Medicine. London : Springer, 2011 R Glen Calderhead:Light -Emitting diode Phototherapy in Der- matology Practice (P 231-265).

3 -Recherche en biologie cellulaire sur le vieillissement cutané : Le dialogue dermo-épidermique : « cross Talk ». Pr Jean Alexis Grimaud. (Journée de perfectionnement Led Academy Paris 7 décembre 2013).

4 – The conundrum of Led Therapy : inflammation controlled and wound healing accelerated…With a photo mediated inflamma- tory response. Glen Calderhead(1).

5 – Julio C Rojas, F Gonzales-Lima. Low-level light therapy of the eye and brain. Eye and Brain 2011 ; 3: 49-6718 by low intensity laser Irradiation. Joyce KM, Downes CS, Hanni- gan BM. Mutation Research 435:1 1999 Sep 13 pg 35-42.

6 – Clinical and experimental applications of NIR-LED Photobiomodulation. Photomedicine and Laser Surgery, Volume 24, Number 2, 2006, Mary Ann Liebert, Inc. Pp 121-128 Kristina D. Desmet, B.S., David A., Paz, B.S., Jesse J. and al.

7 – Mitochondrial signaling in mammalian cells activated by red and near-IR radiation Photochemistry and Photobiology, 2008, 84: 1091-1099 Tiina KARU.

8 – Radioadaptation in Indian muntjac fibroblast cells induced

9 – How to report low-level laser therapy (LLLT)/ Photo medicine dose and beam parameters in clinical and laboratory studies Photo medicine and laser surgery, Volume 29, Number 12, 2011, Mary Ann Liebert, Pp. 785-787 Peter A. Jenkins, M.B.A., and James D. Caroll, AMInstP, FRSM

10 – Bernard Valeur, Lumière et luminescence. Paris: Editions Belin-Pour la science, 2005.

11 – Journée de perfectionnement Led Academy Strasbourg 1er décembre 2012 Christian Touzeau : Caractéristiques d’une source lumineuse LED 12 – The acceleration of wound healing is not attributed to laser skin transmission Al-Watban, A.H; Zhang, Xing-Yang, 1999.Laser Therapy11 (1):6- Suite de la bibliographie disponible au secrétariat de l’AFME

[/restrict]

6.7
  • Note du comité de lecture 6.7
  • Notes Utilisateur (0 Votes) 0
Partager

À propos de l’auteur

Linda FOUQUE PARACHINI

Laisser un commentaire