De l’intérêt de la combinaison acide hyaluronique + plasma riche en plaquettes, en mésothérapie esthétique

0

Introduction

La mésothérapie, connue depuis 1952, est une autre façon d’injecter des médicaments, mais également aujourd’hui des dispositifs médicaux. Elle est reconnue en France et dans beaucoup de pays européens. Elle bénéficie d’un enseignement universitaire sous la forme de Diplômes- Inter-Universitaires (D.I.U.). Dans le cadre de l’antalgie, la mésothérapie est remboursée par la sécurité sociale à condition que le médecin soit titulaire du D.I.U. (Réf 1, 2)

L’acide hyaluronique (HA) est, la molécule « gold standard » en médecine esthétique, aujourd’hui, utilisée larga manu, tant pour l’hydratation de la peau que pour le comblement des rides, voire la correction de la volumétrie du visage. (Réf 3, 4,5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13)

Depuis quelques années, le plasma riche en plaquettes (PRP) a fait son apparition dans les traitements esthétiques, tant en chirurgie esthétique qu’en médecine esthétique ou dermato-cosmétologie. (Réf 14, 15)

La société suisse RegenLab a pensé combiner l’HA avec le PRP dans un kit prêt à l’emploi, à visée mésothérapeutique, l’avantage du kit étant d’éviter les manipulations non stériles.

Il nous a semblé très intéressant, en tant que Vice-Président de la Société Suisse de Mésothérapie, de voir s’il y avait un intérêt à cette combinaison, dans le cadre de la réhydratation, de la biorevitalisation, de la peau en mésothérapie.

Nous avons traité 5 sujets. Nous rapportons ici nos observations au niveau de leur visage et de leurs mains, sur un suivi clinique de 195 jours, soit 5½ mois environ.

Nous avons fait évaluer les résultats par les sujets eux-mêmes, par une personne habituée à ce type d’évaluation et une personne néophyte à ce type d’examen. Une troisième évaluation a été réalisée par l’injecteur lui-même.

Sujets

Après explication du but de l’étude, délais de réflexion, signature d’un consentement éclairé, et dans le respect des directives de la déclaration d’Helsinki, 5 sujets féminins, toutes caucasiennes, ont accepté de participer à cette étude.

L’âge moyen des sujets est de 58½ ans, avec des extrêmes de 55 ans à 63 ans.

Classification des sujets

Suivant la classification de Fitzpatrick, (Annexe 1A)

  • 1 sujet est de type 4
  • 2 sujets sont de type 3
  • 2 sujets sont de type 2.
Classification des type de peaux suivant Fitzpatrick

Annexe 1 A : classification des type de peaux suivant Fitzpatrick

Le grade de photo-vieillissement suivant Glogau (Annexe 1B) est de

  • 3 à 4 pour 1 sujet
  • 3 pour les 4 autres sujets.
Classification du photovieillissement suivant Glogau

Annexe 1B : Classification du photovieillissement suivant Glogau

Evaluation de la qualité de la peau

Au niveau du visage

Ce contenu est réservé aux membres de l'AFME. Pour voir l'article en entier, connectez-vous >
 

7.0 Notez cet article !
  • Note du comité de lecture 7
  • Notes Utilisateur (3 Votes) 8
Partager

À propos de l’auteur

Patrick MICHEELS

Patrick Micheels est médecin généraliste, spécialisé en médecine esthétique
depuis plus de 25 ans.
Il est consultant et/ou formateur pour les grands fabricants de toxine
botulique et de gels d’acide hyaluronique. Il est auteur de très nombreux
articles scientifiques publiés tant en français que dans les grandes revues
scientifiques anglophones. Il a participé à 2 études cliniques sur les
acides hyaluroniques en collaboration avec l’Université de Genève.

Laisser un commentaire