Correction esthétique du visage de patientes atteintes du cancer du sein et traitées

0

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent de la femme. Chaque année, 53 000 nouveaux cas sont diagnostiqués en France. La plupart des patientes traitées seront guéries ou vivront avec un cancer sans progression.

Si nous savons mieux traiter cette pathologie, nous ne savons pas encore éviter la toxicité des chimiothérapies ou de leur association avec la radiothérapie.

Des complications induites iatrogènes immédiates ou tardives ne sont pas rares. Certaines sont graves et constituent une urgence médicale comme la neutropénie fébrile, le syndrome de lyse tumorale massive, la dénutrition de stade 3,…, d’autres bénignes vont entraîner la chute des cheveux et des sourcils ou altérer la qualité de la peau. Plus tard encore, c’est le second cancer qui nous préoccupera lors du suivi des patientes.

La présente publication se limite aux problèmes d’altération de la peau du visage suite aux traitements. Ils font rarement l’objet de publication médicale française ou internationale.

Pourtant, selon notre avis, leur connaissance est fondamentale car la persistance du vieillissement accéléré du visage ou de l’exagération des rides observées, est ressentie par les patientes guéries ou en rémission comme un frein au retour à une vie « normale » après le cancer. Enfin, des solutions thérapeutiques adaptées sont proposées.

BREF RAPPEL DES TYPES DE CANCERS DU SEIN DE LA FEMME ET DE LEURS TRAITEMENTS SPÉCIFIQUES RESPECTIFS

L’histologie, l’immuno-histologie et le bilan d’extension avant le traitement distinguent 2 types de cancer du sein dont les prises en charges thérapeutiques sont différentes.

1.Le carcinome in situ

Il est souvent localisé de stade TN0M0. Hormono-dépendant (RO+++, RP+/+++, HER2-), c’est un cancer de pronostic favorable ayant un index mitotique faible. Il survient surtout après la ménopause (2/3 des cas)

2.Le carcinome invasif

Il est soit localisé, soit étendu de stade TNXM0 ou TNXMX. Non hormono-dépendant avec triple négatifs (RO-, RP-, HER2-), ou avec une surexpression des récepteurs membranaires HER2 (RO-, RP-, HER2+/++), c’est un cancer agressif ayant un index mitotique élevé. Il survient souvent chez des patientes plus jeunes (1/3 des cas)

 

Le cancer in situ localisé, ou hormono-dépendant bénéficie du gold standard du traitement suivant : chirurgie première, radiothérapie adjuvante suivie d’hormonothérapie (Tamoxifène : avant la ménopause, Anti-aromatases après la ménopause) pendant 5 ans.

Le cancer invasif, étendu ou non hormono-dépendant bénéficie du traitement suivant : chimiothérapie séquentielle néo-adjuvante (4xFEC suivis de 4xTAXOL), chirurgie en 2è intention, puis radiothérapie de clôture. En cas de surexpression de HER2, l’Herceptin pourrait être administré.

La chirurgie carcinologique du cancer du sein suit des règles précises :

  • Ablation de la tumeur en 1 seul bloc avec respect strict de la marge saine de 1cm.
  • Recherche du ganglion sentinelle avec examen extemporané en coupes plus fines que la norme. Lorsque celui-ci est envahi, le curetage de la chaine ganglionnaire du membre supérieur du même côté que la tumeur est de règle.

EFFETS SECONDAIRES CUTANÉS DE LA CHIMIOTHÉRAPIE SÉQUENTIELLE OU DE L’ASSOCIATION DE LA CHIMIO-RADIOTHÉRAPIE

Ce contenu est réservé aux membres de l'AFME. Pour voir l'article en entier, connectez-vous >
 

7.0
  • Note du comité de lecture 7
  • Notes Utilisateur (4 Votes) 3.9
Partager

À propos de l’auteur

Paul VO QUANG DANG

Laisser un commentaire