Association Française de Médecine Esthétique et anti-âge

Injections d’acide hyaluronique : ce qui marche bien, ou pas

0

Les premières seringues d’acide hyaluronique à visée esthétique nous ont été proposées par les laboratoires, il y a environ 30 ans. A l’époque, les produits injectables les plus employés étaient le collagène et la silicone.

L’acide hyaluronique a essuyé quelques revers à ses débuts, pêchant par un manque de pureté, ou bien par la présence d’agents réticulants trop irritants. Mais au fil du temps, purifié et présenté sous diverses réticulations et concentrations, ce constituant naturel de la peau (entre autres) est devenu le produit le plus utilisé en médecine esthétique, qu’il s’agisse de combler les rides ou de remodeler un visage en modifiant ses volumes.

Une multitude d’AH injectables divers est apparue sur le marché, censée répondre à presque tous les besoins d’amélioration ou de « rajeunissement » du visage :

On peut dire que l’acide hyaluronique a été employé un peu à toutes les sauces (sans parler des produits cosmétiques et des compléments alimentaires). Mais qu’en est-il au final ? L’acide hyaluronique est-il universel, efficace à souhait et bon pour tous (et toutes) ? C’est ce que nous allons essayer de discerner ici, après cette trentaine d’années d’usage quotidien sur les patient(e)s.

L’acide hyaluronique est un filler (un « remplisseur »)

On sait que ce produit, une fois injecté dans la peau, est fortement hydrophile et donc, attire l’eau à lui, comme une éponge. L’implant « hydraté » crée alors un volume, selon la forme donnée par le praticien lors de l’injection. Le relief cutané s’en trouve modifié. L’acide hyaluronique se classe donc parmi les « implants de comblement ».

Aujourd’hui, l’injection cutanée d’acide hyaluronique est très bien tolérée. Elle se résorbe plus ou moins vite selon les caractéristiques structurelles du produit mais aussi selon la zone injectée (par exemple très lentement au niveau des cernes, et plus rapidement autour des lèvres et dans les zones plus mobiles du visage en général).

L’action de ce type de produit, dit « de comblement », se fait donc de façon strictement mécanique, en créant un volume plus ou moins important. Il faudra donc gérer ce volume apporté, pour éviter tout excès.b Aussi, il est primordial que ces injections soient faites très précisément et avec la bonne quantité de produit.

Le comblement des rides (ou lissage)

Une ride est une sorte de « cassure » du derme, qui se crée avec le temps, à force de répéter le même mouvement. Pour combler ou lisser une ride, l’injection se fait très superficiellement (1 à 2 mm de profondeur) en suivant son trajet, un peu comme on mettrait du plâtre dans une fissure de mur. Ceci permet l’effacement plus ou moins complet des rides, avec un résultat immédiat.

Pour obtenir l’effet de correction désiré (effacer une ride superficielle, ou bien remplir une ride profonde ou un sillon…, ce qui est différent), le médecin doit savoir placer précisément le produit à la bonne profondeur selon ce schéma classique :

schema profondeur d'injection

Plus l’implant est placé en profondeur et plus la correction est large.

Les zones les plus concernées par ce type d’injection de rides superficielles sont :

  • les sillons nasogéniens
  • les rides fines de la lèvre supérieure
  • les rides ou « plis d’amertume » (des coins de la bouche vers le bas)
  • les rides jugales (verticales au milieu des joues)
  • les rides du lion entre les sourcils
  • les rides de la patte d’oie (si elles sont assez profondes, au coin des yeux)…

A retenir ici :

...La suite de ce contenu est réservée aux membres de l'AFME.
Pour voir l'article en entier, connectez-vous >

7.4 Notez cet article
  • Note du comité de lecture 7.4
  • Notes Utilisateur (7 Votes) 7.4
Partager

À propos de l’auteur

Jean-Luc MOREL

Le Dr Jean-Luc MOREL est président de l'AFME. Il exerce les actes à visée esthétique depuis 1985 et la Médecine Anti-âge depuis 1995. Il a enseigné ces disciplines pendant plus de 20 ans et a été Directeur d'enseignement à l'Université.

Laisser un commentaire