Association Française de Médecine Esthétique et anti-âge

La mésothérapie pour lutter contre la perte de cheveux

0

tête et chevelure de dos

Parce qu’ils sont l’un des atouts de notre personnalité, les cheveux font souvent l’objet d’une attention particulière. Or, l’accélération d’une perte de cheveux, peut entraîner une réelle inquiétude à laquelle la médecine esthétique peut répondre. La technique de mésothérapie pour lutter contre la chute des cheveux améliore et stimule la repousse de la fibre capillaire tout en limitant le phénomène de chute.

Facteurs favorisant l’alopécie ou la perte des cheveux

Au quotidien, il faut savoir que la chute de cheveux est un processus normal qui contribue au renouvellement de la masse capillaire. On estime que perdre 50 à 150 cheveux par jour reste dans le cadre de la normale. Néanmoins, il arrive que cette perte de cheveux soit plus importante dans certaines circonstances comme par exemple : le stress, un dérèglement hormonal ou tout simplement, un facteur héréditaire… lorsqu’elle devient anormalement importante, on parle d’alopécie.

D’ailleurs, il faut savoir qu’un facteur majeur reste l’hérédité, et dans ce cas précis, on parlera d’alopécie androgénétique. Elle touche plus particulièrement les hommes que les femmes puisqu’il s’agit de la sensibilisation des follicules à l’action conjuguée de la testostérone et d’un enzyme (la 5 alpha réductase), qui entraîne la fragilité du cheveu avant sa disparition totale.

Un autre facteur est l’aspect hormonal. Il n’est d’ailleurs pas rare, à la ménopause ou à la suite d’un accouchement, d’observer une chute significative des cheveux chez les femmes.

Le stress vient également perturber le fonctionnement du follicule à cause de son action perturbante sur les glandes surrénales.

Parmi les autres facteurs aggravants, nous retiendrons aussi la prise de certains médicaments chimiques, ainsi que la pelade qui est une maladie auto-immune se manifestant par l’apparition de plaques rondes sur le cuir chevelu, empêchant la repousse de la fibre capillaire.

Enfin, certaines carences alimentaires peuvent également jouer sur la chute des cheveux, notamment en ce qui concerne les carences en fer et en vitamines. Ici, ce sont principalement les femmes ayant des règles abondantes qui sont concernées. Avec une mauvaise oxygénation, le cheveu finit par devenir terne, et même cassant, avant de ne plus repousser.

Hormis le facteur héréditaire, toutes ces causes peuvent faire l’objet d’un traitement, ce qui réduira ou stoppera la chute des cheveux, avant une repousse progressive variable mais parfois insuffisante. C’est la raison pour laquelle, la médecine esthétique propose une solution complémentaire avec la mésothérapie.

C’est une technique légère de stimulation de la pousse comme les injections de PRP (facteurs de croissance plaquettaires). Pour augmenter réellement le nombre de cheveux dans une zone capillaire dégarnie, il faudra envisager les micro-greffes de cheveux, ce qui représente une intervention plus lourde mais plus radicale. Notez que les deux types de soins peuvent être conjugués.

Qu’est-ce que la mésothérapie ?

Initialement, la mésothérapie est une technique médicale découverte en France en 1950 par le médecin généraliste Michel Pistor. Elle consiste en l’injection de petites doses de médicaments sous le derme près de la zone à traiter. D’ailleurs, il est possible de l’utiliser pour plusieurs pathologies comme, par exemple :

  • les tendinites
  • les entorses
  • les douleurs lombaires et cervicales
  • l’arthrose
  • les migraines…

Aujourd’hui, elle est surtout retenue par la médecine sportive pour soulager les douleurs, comme traitement complémentaire aux prescriptions médicales d’antalgiques. La médecine esthétique l’utilise depuis des décennies contre la cellulite, et aussi pour son action revitalisante sur le cuir chevelu, qui permet l’épaississement de la fibre capillaire, voire la repousse du cheveu.

Mésothérapie et cheveux

Technique de micro-injections pour stimuler la pousse des cheveux

Plutôt connue en médecine esthétique pour raffermir la peau (mésolift), la mésothérapie est également un classique dans la chute des cheveux. Ici, on parle d’une technique de micro-injection. Avec de minuscules aiguilles, un véritable cocktail à base d’acides aminés, d’anti-oxydants, de minéraux (zinc, cuivre) et de vitamines est injecté directement dans le cuir chevelu. Quasiment indolore, si elle est bien pratiquée, la méthode permet de relancer la vascularisation atrophiée du follicule pileux, tout en lui apportant les éléments nutritifs dont il a besoin.

L’avantage de la mésothérapie est que les substances injectées agissent directement sur place, sans avoir à passer par la voie digestive et sanguine, comme le ferait un médicament en comprimé.

Cette technique a donc pour but de stimuler le cuir chevelu et les bulbe capillaires pour favoriser la repousse du cheveu. Par ailleurs, la fibre capillaire s’épaissit naturellement et les pellicules diminuent. Véritable coup de fouet pour l’hydratation et la nutrition des bulbes pileux, c’est une méthode qui permet aussi de retrouver de la brillance, du volume, et de calmer les cuirs chevelus irrités.

Mésothérapie, cheveux et lampes Led

Suite à la séance de mésothérapie, il est devenu courant de pratiquer une séance de photomodulation par lumière LED qui aura pour but d’accroître la microcirculation sanguine, tout en apportant de l’oxygène aux cheveux. Par ailleurs, elle a une action anti-inflammatoire, et permet de réduire la production excessive de sébum, ainsi que l’hyperkératose.

À la suite de ces deux actions combinées, on observe une meilleure qualité du cheveu, un aspect plus dense, un ralentissement de la perte des cheveux de manière générale, une éventuelle repousse, une diminution des pellicules et une protection contre les agents anti-oxydants extérieurs.

Comment se passe une séance de mésothérapie pour les cheveux ?

seringue de mésothérapie et crane dégarniPour limiter la chute du cheveu, il faudra compter une dizaine de séances qui seront souvent composées d’une séance de mésothérapie pour une hydratation en profondeur, suivie d’une séance de photomodulation qui stimulera la repousse du cheveu.

Au départ, comptez trois à quatre séances à 15 jours d’intervalle pendant deux mois. À terme, vous obtiendrez déjà des résultats significatifs avec un cheveu de meilleure qualité et plus dense. Toutefois, il faut attendre trois mois pour une repousse significative.

Ensuite, il faudra prévoir une séance par mois, en entretien, en fonction des résultats obtenus.

Avant une séance de mésothérapie, il faudra limiter la prise d’aspirine ou de tout médicament pouvant fluidifier le sang. Juste après, il faudra impérativement éviter le shampooing pour laisser le temps à votre cuir chevelu d’absorber les éléments nécessaires à sa croissance. De même, la piscine, le sauna et le hammam sont à éviter pendant 48 heures.

Les contre-indications possibles

Même si elles sont rares, il existe des contre-indications à une séance de mésothérapie pour lutter contre la chute des cheveux. Parmi elles, on retiendra :

  • les lésions infectieuses du cuir chevelu,
  • un zona,
  • des allergies à l’un des composants injectés…

L’avis de l’AFME

La mésothérapie est un classique du traitement des cheveux qui a fait ses preuves depuis des décennies. Sans être miraculeuse, c’est néanmoins une valeur sure dans la stimulation de pousse de cheveux et pour freiner leur chute.

Toutefois, un résultat ne pourra être obtenu qu’avec une régularité et une constance dans la pratique des séances. L’ajout des lumières LED semble potentialiser son action. C’est un plus.

Trouver un médecin pratiquant ce soin près de chez vous !
Partager

À propos de l’auteur

B.PASQUINI

Responsable des réunions régionales FMC de l'AFME. Formatrice en mésothérapie et actes esthétiques

Laisser un commentaire