Association Française de Médecine Esthétique et anti-âge

Le détatouage par extraction de pigments

0

Enlever un tatouage : détatouage par extraction de pigments

Le tatouage est plus que jamais à la mode, pas seulement dans le monde des artistes ou des sportifs : 10 % de la population adulte française serait tatouée, selon une récente étude de l’Ifop.

Qu’est-ce qu’un tatouage ?TATOUAGE

C’est une marque indélébile provoquée par l’injection, à l’aide d’un dermographe, d’encres ou de pigments sous la peau. Les pigments sont introduits à des profondeurs comprises entre 1 et 4 mm et vont permettre de constituer une marque ou une image visible par « transparence » après cicatrisation complète de la peau.

Ce n’est pas nouveau comme en témoignent les tatouages retrouvés sur des momies vieilles de plus de 5000 ans !

Le problème est donc d’avoir une solution pour les faire disparaître si, pour une raison ou pour une autre on souhaite effacer un tatouage.

Quelles solutions pour enlever un tatouage ?

Aujourd’hui, le tatouage n’est plus une fatalité indélébile, il est possible de l’effacer.

Jusqu’à ces derniers temps, nous proposions en priorité le détatouage au laser, le laser pigmentaire picoseconde (Q-Switched).

Ce type de laser, grâce à des hautes impulsions de lumière intense est capable de briser le pigment en particules fines qui seront progressivement éliminées par l’organisme. C’est efficace pour la plupart des couleurs de pigments mais les résultats sont moins bons avec le blanc, le jaune ou les couleurs combinées.

Le principal inconvénient de cette technique est que l’on ne connait pas le devenir des particules ainsi libérées. On les soupçonne même d’être toxiques lorsqu’elles sont stockées dans les ganglions lymphatiques. De plus, il s’agit d’un traitement long : 10 à 12 séances, à un mois d’intervalle, sont parfois nécessaires pour tenter d’effacer un tatouage.

Nous pouvons aujourd’hui proposer une toute nouvelle solution à nos patients. Il s’agit de la technique par extrusion de pigments.

Principe du détatouage par injection et extrusion

Cette méthode consiste à introduire une solution naturelle, composée d’acides lactiques (composition brevetée) qui agit comme une éponge, elle absorbe tous les pigments, quelle que soit leur couleur. Puis, ceux-ci sont éliminés dans la croûte de cicatrisation qui se forme après l’injection de la solution.

Le déroulement d’une séance

Elle est réalisée avec ou sans anesthésie locale. Nous la proposons toujours mais 80 % des personnes sont traitées sans anesthésie locale.

Nous travaillons par petites zones, un peu selon la méthode du pochoir.
Après cicatrisation, la peau est claire et saine.tattoo

Après une séance de détatouage, pendant environ deux semaines, la peau va rejeter l’encre par vaporisation et une croûte va se former sur la zone traitée.

Il faut ensuite hydrater la peau en permanence par des pansements gras avec une pommade. Une deuxième croûtelle va se former qui doit être protégée par des pansements siliconés, jusqu’à cicatrisation complète. C’est alors que l’on peut faire une deuxième séance, en général un mois plus tard, selon le même protocole.

Un tatouage peut ainsi être effacé, grâce à une cicatrisation dirigée, en 3, 4 ou 5 séances, selon son importance.

Tatouage et dermopigmentation

Précisons qu’il existe une autre forme de tatouage, la dermopigmentation. Elle est généralement pratiquée sur le visage de façon à réaliser un maquillage « permanent » du contour des lèvres, de l’eye-liner ou des sourcils trop maigres ou trop courts.

Cette technique est aussi utilisée à des fins médicales ou de chirurgie reconstructrice (camouflage de cicatrices, reconstruction d’aréoles etc…).

La technique utilisée est la même que pour le tatouage (usage d’un dermographe) mais les encres et la profondeur d’injection sont différentes. Pour la dermopigmentation, les injections sont plus superficielles et donc sa durée de vie est plus limitée.

Tarifs

Le test afin d’évaluer la profondeur du tatouage : 50 euros.

La séance de 30 mn : 250 à 300 euros.

L’avis de l’AFME

Cette technique ne s’adresse qu’aux tatouages professionnels et non amateurs car la profondeur d’injection du pigment est extrêmement variable dans le même tatouage.

Des suites sont un peu plus compliquées (pansements) que le laser Q-Switched mais il y a moins de séances à faire. Le choix entre ces deux techniques se fait aussi selon la surface à traiter et les couleurs du tatouage.

Télécharger l’article en format pdf : 

logo-pdf

 

 

Trouver un médecin pour ce soin

 

Partager

À propos de l’auteur

Catherine DE GOURSAC

Le docteur Catherine de Goursac est une pionnière de la médecine esthétique qu’elle pratique dans son cabinet parisien. Auteure de nombreuses publications scientifiques en langue française, anglaise et russe, elle présente sa vision prospective, chaque année depuis 25 ans, dans les congrès internationaux de médecine esthétique et Anti-Age, sujets qui la passionnent. Le Docteur Catherine de Goursac a publié de nombreux ouvrages destinés au grand public, notamment : « tu as bonne mine ce matin » aux Editions J lyon, « La médecine anti-âge », « L’esthétique au masculin » aux Editions Ellebore et « Les secrets de la dermonutrition » chez Vuibert. Elle est Membre du conseil d’Administration de l’AFME (Association Française de Médecine Esthétique) et de la FSMEA (Fédération Syndicale des Médecins Esthétiques et Anti-Age).

Laisser un commentaire